Sélection de la langue

Recherche

Chapitre 2
Soutenir les Canadiens au cours de la pandémie

2.1 Un plan pour les prochains mois

Depuis le début de la crise, le gouvernement a investi 407 milliards de dollars, soit près de 19 % du produit intérieure brut (PIB) du Canada, pour appuyer les systèmes de soins de santé publics, offrir des prestations de revenu directes aux Canadiens et aider les entreprises à traverser la crise jusqu’en 2021. Cela crée une certitude pour les personnes et les entreprises lorsqu’elles en ont le plus besoin.

Le gouvernement fournit un soutien évolutif et ciblé afin de garder les Canadiens et les Canadiennes en santé, en sécurité et solvables. À ce jour, le gouvernement a pris les engagements suivants :

Des programmes comme la Subvention salariale d’urgence du Canada ont aidé à protéger plus de 3,9 millions d’emplois, et le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes a aidé plus de 790 000 petites entreprises et organismes à but non lucratif à demeurer ouverts. En date d’octobre, près de 80 % des 3 millions d’emplois et plus perdus au début de la pandémie ont été récupérés.

Les mesures extraordinaires que le gouvernement du Canada a prises ont stabilisé l’économie, aidé les Canadiens et les entreprises canadiennes à rester forts tout au long de la crise, et ont empêché les blessures économiques. En vertu de son plan, le gouvernement continuera de le faire pendant la deuxième vague.

Partout au Canada, les cas de COVID-19 continuent d’augmenter. À mesure que la crise évolue, les mesures de soutien du gouvernement changent elles aussi. Les Canadiens et les entreprises canadiennes peuvent avoir la certitude que tant que la pandémie sévit, le gouvernement fédéral fournira le soutien dont ils ont besoin. Ces mesures de soutien fédérales permettront aux communautés de prendre des décisions difficiles visant à protéger la santé des personnes, sans être obligées de porter tout le fardeau du coût économique des fermetures.

Le gouvernement est également déterminé à aider plus de femmes à retourner sur le marché du travail et à veiller à ce que le plan du Canada continue de répondre aux répercussions de la COVID-19 sur de divers groupes de Canadiens.

Le gouvernement sait qu’une forte politique de santé publique constitue la meilleure politique économique.

2.1.1 Subvention salariale d’urgence du Canada

Le gouvernement du Canada est résolu à faire tout ce qu’il faut pour protéger les emplois des Canadiens. La Subvention salariale d’urgence du Canada a joué un rôle déterminant dans l’intervention du gouvernement, aidant à protéger plus de 3,9 millions d’emplois. La subvention salariale appuie les travailleurs pour qu’ils gardent un lien avec leur emploi et aide les entreprises à demeurer ouvertes ou à rouvrir leurs portes. Ceci aidera les employés, les employeurs et le pays entier à se remettre plus rapidement de cette crise.

Figure 2.1
Participation à la Subvention salariale d’urgence du Canada
Figure 2.1 : Canada Emergency Wage Subsidy Take-up

Version textuelle

La figure illustre l’adoption de la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) en date du 15 novembre 2020. Il montre que plus de 3,9 millions de travailleurs et plus de 350 000 employeurs ont reçu un soutien par l’intermédiaire de la SSUC, avec plus de 49 milliards de dollars en paiements.

Le gouvernement a prolongé la Subvention salariale d’urgence du Canada jusqu’en juin 2021, comme il s’y était engagé dans le discours du Trône. Étant donné que les Canadiens et les entreprises canadiennes sont confrontés à une résurgence du virus, cette prolongation accordera une certitude et une stabilité aux travailleurs et aux employeurs au cours des prochains mois.

En octobre, le gouvernement a annoncé des améliorations au programme, par exemple en permettant aux taux de subvention de demeurer à leur niveau actuel, soit à un taux de subvention maximal de 65 % des salaires admissibles, jusqu’au 19 décembre 2020. De plus, la subvention salariale est maintenant plus souple et sensible aux besoins, ce qui permet aux employeurs d’avoir accès au taux de subvention maximal sur la base d’une baisse de revenu d’un seul mois plutôt que d’avoir à prouver une baisse au cours de trois mois et leur offre ainsi un soutien qui tient mieux compte de leurs besoins changeants.

Sachant que notre pays connaîtra un hiver difficile, compte tenu de la deuxième vague, et que les restrictions de santé publique continuent de présenter des défis pour les employeurs, le gouvernement veut s’assurer que les entreprises et les travailleurs auront le soutien nécessaire au cours des prochains mois.

Le gouvernement continuera de surveiller la situation sanitaire et économique afin de déterminer ce qu’il fera au cours des périodes subséquentes.

Thea et Hugo exploitent un service de buanderie commerciale. Les hôtels et les auberges qui font partie de leur clientèle ont été fermés temporairement au printemps, mais Thea et Hugo ont réussi à garder d’autres clients.

Confrontés maintenant à une résurgence du virus dans leur communauté, Thea et Hugo ont vu leurs revenus en novembre diminuer de 70 % par rapport à leurs niveaux de l’an dernier, et ils prévoient que les revenus en décembre et janvier diminueront dans la même proportion. En raison de cette situation, ils envisagent de réduire le personnel. Ils cherchent à maintenir en poste 10 employés à temps plein, chacun recevant 600 $ par semaine pour une masse salariale hebdomadaire totale de 6 000 $.

À la suite des améliorations récentes à la Subvention salariale d’urgence du Canada annoncée par le gouvernement en octobre, l’entreprise de Thea et Hugo sera admissible au taux de subvention maximal de 65 % jusqu’au 19 décembre 2020. Cela leur procurera une subvention salariale totale de 15 600 $ du 25 octobre au 21 novembre, et encore du 22 novembre au 19 décembre, les aidant à garder tous leurs employés.

À la suite de l’augmentation du taux de subvention maximum annoncée aujourd’hui, alors que leur entreprise continue d’avoir des difficultés au cours des prochains mois, elle sera admissible au taux de subvention de 75 % pour la période suivante, ce qui représente une subvention salariale de 18 000 $ pour la prochaine période, soit une augmentation de 2 400 $.

2.1.2 Améliorations apportées à l’assurance-emploi

Même si plusieurs Canadiens sont retournés au travail depuis le printemps, l’environnement de santé publique inégal et changeant fait qu’un grand nombre continue de faire face aux défis de se trouver un emploi ou de le garder. Afin de s’assurer que les Canadiens disposent du soutien dont ils ont besoin, le gouvernement a annoncé des changements temporaires d’une durée d’un an qui rendent le programme d’assurance-emploi plus simple, souple et généreux. Cela permettra non seulement de fournir aux gens le soutien du revenu nécessaire pour se permettre les nécessités de base de la vie, mais aussi de les préparer à réintégrer le marché du travail en leur donnant accès à la formation et au soutien à l’emploi financés par l’assurance-emploi.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

L’égalité des genres et la diversité au Canada

  • Participation à l’économie et prospérité

Comparativement aux pères, les mères sont plus susceptibles de travailler à temps partiel ou moins d’heures, ce qui peut nuire à leur capacité à avoir droit à l’assurance-emploi. En 2019, une mère dont le plus jeune enfant était âgé de 0 à 5 ans avait un taux de participation à la population active de 75 %, par rapport à 95 % pour les pères ayant un enfant du même groupe d’âge. Même lorsque les mères travaillaient, leur probabilité de travailler à temps plein était de 17 % inférieure, et lorsqu’elles travaillaient à temps plein, elles travaillaient en moyenne 4 heures de moins par semaine. Ce système d’assurance-emploi plus souple est conçu pour tenir compte des répercussions hors du commun de la pandémie sur la participation de la population au marché du travail.

Un plus grand nombre de Canadiens vulnérables seront maintenant admissibles aux prestations de l’assurance-emploi, y compris de nombreuses femmes qui n’auraient pas accumulé suffisamment d’heures de travail assurables pour y être admissibles dans le passé, appuyant ainsi 400 000 personnes de plus dans le cadre du programme.

2.1.3 Prestations canadiennes de la relance économique

La Prestation canadienne d’urgence a procuré un soutien au revenu d’urgence à des millions de Canadiens. Depuis la fin du programme, 2 millions de demandeurs ont présenté leur demande au moyen du système d’assurance-emploi simplifié, mais un grand nombre de Canadiens n’étaient toujours pas admissibles à l’assurance-emploi. Le gouvernement a lancé trois nouvelles prestations de soutien au revenu pour ces travailleurs qui continuent de ne pas pouvoir travailler pour des raisons liées à la COVID-19, par exemple pour apporter des soins à un membre de la famille. Les prestations canadiennes de la relance économique sont accessibles aux travailleurs autonomes, aux travailleurs à la demande et aux travailleurs qui n’ont pas perdu leur emploi, mais qui ont enregistré une perte de revenu considérable en raison de la COVID-19. Jusqu’à présent, 1,5 million de Canadiens ont demandé à recevoir une de ces prestations. Les prestations sont offertes jusqu’au 25 septembre 2021.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

L’égalité des genres et la diversité au Canada

  • Participation à l’économie et prospérité

La COVID-19 a mis en évidence la valeur des soins non rémunérés pour la société et l’économie – dont la plupart sont assumés par des femmes. En particulier, en 2015, les femmes âgées de 25 à 54 ans consacraient 90 minutes de plus par jour à des tâches ménagères et liées aux soins que les hommes. En outre, Oxfam mentionne que selon un sondage national réalisé par Léger auprès de 1 523 Canadiens entre le 5 et le 7 juin 2020, 71 % des femmes questionnées ont déclaré se sentir plus anxieuses, déprimées, isolées, surchargées ou malades parce qu’elles devaient assumer encore plus de soins non rémunérés en raison de la crise de la COVID-19. Les femmes autochtones et noires ont déclaré avoir de plus grandes difficultés en raison d’une augmentation des soins non rémunérés fournis en raison de la COVID-19 comparativement aux femmes blanches. Par ailleurs, les répondantes autochtones étaient trois fois plus susceptibles que les répondantes blanches de dire que l’augmentation des responsabilités en matière de soins non rémunérés avait eu des répercussions sur leurs possibilités économiques et qu’elles avaient dû interrompre leur recherche d’emploi rémunéré.

Figure 2.2
Faire passer le soutien du revenu de la PCU aux prestations pour la relance économique et à un régime d’assurance-emploi amélioré
Figure 2.2: Faire passer le soutien du revenu de la PCU aux prestations pour la relance économique et à un régime d’assurance-emploi amélioré
Version textuelle

La figure illustre le soutien du revenu maintenu offert aux Canadiens. Elle montre qu’entre le 15 mars 2020 et le 26 septembre 2020, la Prestation canadienne d’urgence (PCU) était offerte aux Canadiens incapables de travailler en raison de la pandémie de la COVID-19. En date du 27 septembre 2020, la PCU a été remplacée par des améliorations temporaires à l’assurance-emploi ainsi que par trois nouvelles prestations temporaires :la Prestation canadienne de la relance économique, la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique et la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants. Ces mesures seront offertes jusqu’au 25 septembre 2021.

Amirah habite à l’extérieur de Montréal et a travaillé à temps partiel comme guide touristique de juin à septembre après le confinement initial. Amirah n’avait réussi à accumuler que 400 heures d’emploi assurable lorsque des mesures de restrictions ont été réimposées. Selon les règles habituelles de l’assurance-emploi, cela ne lui aurait pas donné droit aux prestations régulières de l’assurance-emploi. Cependant, grâce aux changements temporaires à l’assurance-emploi, elle a accumulé plus d’heures que les 120 heures de travail nécessaires et peut demander au moins 26 semaines de prestations régulières d’assurance-emploi d’un montant minimum de 500 $ par semaine. Cette mesure lui donnera le temps et la souplesse nécessaires pour se trouver un nouvel emploi.

Son mari Ben est un concepteur graphique indépendant. Il a gagné 34 000 $ en 2019, mais les activités de son entreprise ont ralenti à cause de la COVID-19 et il a demandé la PCU durant le printemps et l’été. Même s’il s’est remis à travailler au cours de l’automne, son revenu hebdomadaire est encore inférieur à 50 % de ce qu’il aurait normalement gagné avant la pandémie. Grâce à la nouvelle Prestation canadienne pour la relance économique, Ben est admissible à un soutien du revenu de 500 $ par semaine jusqu’à concurrence de 26 semaines.

2.1.4 Subvention d’urgence du Canada pour le loyer

Les propriétaires d’entreprise ont travaillé fort pour s’adapter à la pandémie. Ils ont trouvé des moyens d’offrir des services en ligne, ils ont fourni des options de livraison, ils ont réduit leurs heures d’ouverture, ils ont rénové leurs usines afin de les rendre plus sécuritaires pour les travailleurs, ou ils ont investi dans de l’équipement de protection individuelle (EPI). Malgré tout, pour un grand nombre d’entre eux, les revenus restent moins élevés alors que les coûts comme le loyer et les hypothèques demeurent les mêmes. La Subvention d’urgence du Canada pour le loyer (SUCL) lancée récemment offre un soutien au loyer et à l’hypothèque qui est direct et facile d’accès pour les organismes admissibles touchés par la COVID-19, et ce, pour la période allant du 27 septembre 2020 à juin 2021.

Ce programme permet aux propriétaires d’entreprise de présenter directement une demande, sans avoir à passer par les propriétaires de leurs locaux. La subvention au loyer est versée aux locataires et propriétaires admissibles, appuyant des entreprises, des organismes de bienfaisance et des organismes à but non lucratif qui ont subi une baisse soudaine de revenus, en subventionnant leurs dépenses admissibles. Le taux actuel offre une subvention, selon une échelle mobile, pouvant atteindre 65 % jusqu’au 19 décembre 2020.

Depuis le lancement le 23 novembre dernier, les demandeurs ont pu utiliser la SUCL pour rembourser leur loyer payable. Le gouvernement présentera sous peu des mesures législatives pour reconnaître le loyer payable comme une dépense admissible.

Graham exploite une chaîne locale de trois gymnases dans des locaux loués. Les revenus ont baissé de 70 % en octobre. Son loyer total pour les trois emplacements, du 27 septembre au 24 octobre, s’élevait à 30 000 $. Cela veut dire qu’il serait admissible au taux maximum de subvention pour le loyer de 65 %. Graham recevrait ainsi 19 500 $ pour l’aider à payer son loyer.

2.1.5 Mesure de soutien en cas de confinement

En vertu de la nouvelle mesure de soutien en cas de confinement, les organismes qui sont assujetties à un confinement et qui doivent fermer leurs portes ou gravement restreindre leurs activités en raison d’une ordonnance de santé publique sont admissibles à un complément de 25 % jusqu’au 19 décembre 2020. Celui-ci s’ajoute à la subvention de base de la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer, qui peut atteindre jusqu’à 65 %,.

Cela signifie que les entreprises durement touchées peuvent recevoir un soutien pour le loyer allant jusqu’à 90 %.

Pascale est propriétaire d’un restaurant. Son restaurant a dû fermer sa salle à manger le 1er octobre en raison des restrictions de santé publique. Bien que Pascale soit en train de développer un service de plats à emporter, ses revenus ont chuté de 80 %. Elle continue d’encourir de l’intérêt hypothécaire, des taxes foncières et des frais d’assurance immobilière pour sa propriété, ce qui représentait 20 000 $ pour la période allant du 27 septembre au 24 octobre. Pascale serait donc admissible à une subvention pour le loyer de 65 %, ainsi qu’à la mesure de soutien en cas de confinement de 25 % pour les 24 jours durant lesquels le restaurant était fermé en raison des restrictions de santé publique. Pascale recevrait donc 17 286 $ pour l’aider à couvrir l’intérêt hypothécaire, les taxes foncières et les frais d’assurance immobilière.

2.1.6 Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes

Jusqu’à présent, le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) a offert à plus de 790 000 petites entreprises et organismes à but non lucratif des prêts sans intérêt, assortis d’une radiation partielle s’ils sont remboursés d’ici le 31 décembre 2022.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

L’égalité des genres et la diversité au Canada

  • Leadership and Democratic Participation

En date de septembre-octobre 2020, la moitié (54 %) des entreprises au Canada avaient demandé et reçu un prêt en vertu du CUEC. Les entreprises appartenant majoritairement à des Autochtones (56 %), à des immigrants (61 %), à des membres de la communauté LGBTQ2 (57 %) ou à des minorités visibles (61 %) étaient plus susceptibles de déclarer avoir demandé et reçu un prêt en vertu du CUEC que les entreprises appartenant majoritairement à des femmes (50 %) ou à des personnes handicapées (49 %).

Offrant au départ des prêts maximums de 40 000 $ dont 10 000 $ au maximum peuvent être non remboursable, le programme du CUEC sera bientôt élargi, permettant aux entreprises admissibles d’avoir accès à un prêt supplémentaire de 20 000 $ sans intérêt dans les situations où le besoin s’en fait sentir.

La moitié de ce montant supplémentaire, soit 10 000 $ au maximum, serait non remboursable si le prêt est remboursé avant le 31 décembre 2022.

Le gouvernement a récemment élargi l’admissibilité au programme du CUEC afin d’inclure les petites entreprises qui n’exercent pas leurs activités à l’aide d’un compte bancaire commercial. Ces petites entreprises peuvent maintenant faire une demande au CUEC, à condition qu’elles aient pu ouvrir un nouveau compte commercial et qu’elles respectent toutes les exigences d’admissibilité du programme.

Les prêts sont offerts par l’entremise d’institutions financières comme les banques et les coopératives de crédit, en collaboration avec Exportation et développement Canada. La date limite pour présenter une demande de prêt au titre du CUEC a été prolongée jusqu’au 31 mars 2021.

Ces améliorations démontrent l’engagement du gouvernement à l’égard du soutien aux petites entreprises pour veiller à ce qu’elles puissent continuer d’appuyer les familles et les communautés d’à travers le pays.

Suzie exploite un café. Elle a deux employés à temps plein et deux employés à temps partiel. Conformément aux restrictions liées à la COVID-19, elle a dû réduire ses services de restauration à l’intérieur et offrir l’option de mets à emporter seulement. Compte tenu de la baisse de la clientèle et des ventes, Suzie a perdu près de la moitié de ses revenus.

Cet été, étant donné la baisse considérable des revenus, mais les coûts continus liés aux salaires, au loyer et à d’autres dépenses, Suzie s’inquiétait de l’avenir de son entreprise et se demandait si elle devait mettre à pied ses employés. Elle a communiqué avec sa banque afin que celle-ci lui présente des options et a pu obtenir un prêt sans intérêt de 40 000 $, assorti d’une radiation partielle, en vertu du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC). S’ajoutant aux autres soutiens financiers, ce prêt a aidé Suzie à couvrir une partie des salaires de ses employés, ce qui lui a permis de les garder en poste et même de réembaucher les employés à temps partiel. Elle a également pu utiliser le prêt pour payer ses assurances, ainsi que ses factures de services publics, entre autres. Si elle rembourse le prêt avant le 31 décembre 2022, 10 000 $ de celui-ci seront non remboursable.

Étant donné que la pandémie sévit toujours et que d’autres restrictions pourraient être imposées, Suzie pourrait continuer de voir ses affaires tourner au ralenti et éprouver de graves problèmes de trésorerie. Cette difficulté financière la rendrait admissible à 20 000 $ de plus en prêts au titre du CUEC, dont 10 000 $ seraient non remboursable si elle rembourse le solde d’ici le 31 décembre 2022, ce qui l’aiderait à garder son café ouvert.

Figure 2.3
Principaux soutiens offerts aux petites entreprises
Figure 2.3 : Principaux soutiens offerts aux petites entreprises
Version textuelle

La figure illustre les principales mesures de soutien offertes aux petites entreprises dans le cadre du Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19. Ces mesures de soutien sont regroupées dans les trois domaines suivants : salaires et traitements; loyer et intérêts sur les prêts hypothécaires commerciaux; soutien au crédit. En ce qui a trait aux salaires et aux traitements, les petites entreprises peuvent bénéficier de la Subvention salariale d’urgence du Canada. Quant au loyer et aux intérêts sur les prêts hypothécaires commerciaux, les petites entreprises peuvent profiter de la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer et de la mesure de soutien en cas de confinement. Enfin, pour ce qui est du soutien au crédit, les petites entreprises peuvent avoir recours au Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes.

2.1.7 Soutien pour les secteurs durement touchés

Comme mentionné dans le discours du Trône, certaines entreprises, surtout celles qui évoluent dans les secteurs durement touchés comme le tourisme et l’accueil, ont eu de la difficulté à obtenir un financement suffisant. Pour contribuer à relever ce défi et aider les entreprises à traverser la crise, le gouvernement propose de collaborer avec les institutions financières à court terme afin d’offrir des prêts comportant des modalités plus généreuses aux entreprises les plus durement touchées, afin qu’elles demeurent viables et en activité pour favoriser la croissance économique à venir.

Le gouvernement fournira sous peu des détails sur le Programme de crédit pour les secteurs durement touchés.

2.1.8 Fonds d’aide et de relance régionale

La COVID-19 a touché les entreprises, les travailleurs et les communautés partout au Canada. Pour aider à soutenir les entreprises qui ne sont pas en mesure d’accéder à d’autres programmes fédéraux de soutien liés à la pandémie, le gouvernement a annoncé le 17 avril le Fonds d’aide et de relance régionale (FARR), doté d’un budget de 962 millions de dollars. Ce fonds offre un financement important par l’intermédiaire des agences de développement régional du Canada. Le gouvernement a augmenté le financement le 2 octobre, portant le soutien total à plus de 1,5 milliard de dollars :

À ce jour, ce programme a protégé plus de 102 000 emplois et soutenu plus de 14 700 entreprises, y compris plus de 8 500 clients dans des régions rurales et 5 100 entreprises détenues par des femmes.

2.1.9 Soutien pour le tourisme et l’accueil

Les communautés partout au pays ont été durement touchées par la baisse du tourisme. Le tourisme représente environ 750 000 travailleurs et 2 % du PIB du Canada. Ce secteur compte surtout des petites et moyennes entreprises, qui emploient une proportion plus élevée de jeunes, de femmes et d’Autochtones comparativement à leur part de la population active. Le tourisme national et international constitue aussi un moteur économique clé et une source importante d’emplois dans de nombreuses régions rurales et nordiques du pays.

Les restrictions liées à la pandémie ont fortement nui au secteur du tourisme du Canada – aux emplois, aux entreprises et aux collectivités – et l’on s’attend à ce que l’incertitude persiste jusqu’en 2021. La Subvention d’urgence du Canada pour le loyer et la mesure de soutien en cas de confinement, lancées récemment, le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes bonifié et la Subvention salariale d’urgence du Canada dont le nouveau taux maximal de subvention proposé s’établit à 75 %, auxquels s’ajoute le nouveau programme de crédit pour les secteurs durement touchés continueront d’offrir aux secteurs du tourisme et de l’accueil un filet de sécurité solide au cours des mois à venir. Ces programmes ont en effet été conçus en tenant compte de la diversité des secteurs les plus durement touchés comme le tourisme et l’accueil. Jusqu’à présent, un montant estimatif d’environ 9,7 milliards de dollars a été versé à des entreprises de ces secteurs par l’entremise de la Subvention salariale d’urgence du Canada, du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes et de la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer.

Le Fonds d’aide et de relance régionale a fourni 202 millions de dollars pour soutenir 2 830 entreprises liées au tourisme.

Le gouvernement continuera de collaborer avec les partenaires et intervenants afin de cibler les meilleures façons de soutenir la relance et la reprise à plus long terme de ces importants secteurs.

2.1.10 Soutien pour les travailleurs des secteurs des événements en direct et des arts

La pandémie a particulièrement affecté les industries culturelles et des loisirs, qui emploient des centaines de milliers de Canadiens. Elles ont été parmi les premières à fermer leurs portes et seront probablement parmi les dernières à reprendre leurs activités normales. La pandémie de la COVID-19 a entraîné la suspension quasi complète des événements en direct et des spectacles, touchant des milliers d’artistes et de travailleurs indépendants et à la pige du secteur des événements partout au pays. La pandémie a également entraîné une réduction dramatique des revenus de publicité pour les entreprises de diffusion canadiennes, notamment les stations de radiodiffusion et de télévision locales, dont les Canadiens dépendent pour écouter les nouvelles et se divertir.

Le gouvernement comprend que certains festivals et événements en direct importants auront besoin d’un soutien spécifique. Le gouvernement collaborera avec l’industrie pour prévenir la fermeture d’événements et de festivals phares uniques et irremplaçables d’un bout à l’autre du Canada et assurera ainsi la survie d’atouts clés reconnus mondialement dans ce secteur.

Pour répondre aux répercussions de la COVID-19 sur les productions cinématographiques et télévisuelles partout au pays, le gouvernement a annoncé la création du Fonds d’indemnisation à court terme pour productions audiovisuelles canadiennes de 50 millions de dollars en septembre 2020. Cette initiative vise à compenser l’absence d’assurance couvrant les interruptions de tournage et les abandons de production liés à la COVID-19, permettant ainsi à l’industrie de poursuivre ses activités.

2.1.11 Soutien pour le secteur aérien

Le Canada est un pays très vaste, et nous dépendons plus du transport aérien que d’autres pays. Les transporteurs ont annulé des liaisons aériennes durant la pandémie, réduisant ainsi la mobilité et l’accès aux biens et services essentiels dans certaines communautés. Depuis le début de la pandémie, le gouvernement a annoncé le versement de 192 millions de dollars pour appuyer les services aériens essentiels vers les communautés éloignées et du Nord. Le financement aide à faire en sorte que ces communautés continuent d’avoir accès aux produits alimentaires, aux fournitures médicales et à d’autres biens et services essentiels.

Le système de transport aérien national emploie directement plus de 100 000 Canadiens. Toutefois, la COVID-19 et les restrictions sanitaires qui en découlent ont fait en sorte que le secteur aérien du Canada connaît un effondrement presque total trafic passager. Cela menace la viabilité des transporteurs aériens et des aéroports du pays et, plus important encore, pose un risque grave pour les personnes qui travaillent dans ce secteur et les communautés qui en dépendent. Depuis le début de la pandémie, les travailleurs du secteur aérien ont reçu plus de 1,4 milliard de dollars de soutien par l’entremise de la Subvention salariale d’urgence du Canada.

Le gouvernement est résolu à veiller à ce que le secteur aérien du Canada continue de relier les Canadiens et les marchés canadiens, et demeure une composante d’une industrie aérospatiale nationale dynamique. Toutefois, depuis le début de la pandémie, nous avons pris connaissance de nombreux Canadiens qui avaient réservé des voyages et qui sont restés pris avec des bons de voyage qu’ils ne pouvaient pas utiliser au lieu d’obtenir des remboursements. Le gouvernement est en train d’établir un processus d’aide financière avec les principales compagnies aériennes. Dans le cadre de ce processus, le gouvernement veillera à ce que les Canadiens soient remboursés pour les vols annulés.

2.1.12 Soutien aux entreprises innovantes

2.1.13 Crédit d’urgence pour les grands employeurs

En mai 2020, le gouvernement a lancé le Crédit d’urgence pour les grands employeurs (CUGE) afin d’offrir un financement par crédit provisoire aux grandes entreprises canadiennes dont les besoins durant la pandémie ne sont pas satisfaits par les mécanismes de financement traditionnels. Ce soutien vise à protéger les emplois au pays, à aider les entreprises canadiennes à surmonter les difficultés économiques actuelles, ainsi qu’à éviter dans la mesure du possible les faillites d’entreprises qui sont viables par ailleurs.

Le gouvernement examine des options visant à renforcer le programme du CUGE afin de répondre aux besoins de liquidité particuliers d’un plus grand nombre de grandes entreprises canadiennes.

2.2 Un choc économique sans précédent

La pandémie de la COVID-19 a entraîné, partout dans le monde, la récession la plus profonde et la plus rapide depuis la Grande Dépression (graphique 2.1). Les mesures de santé publique nécessaires pour maîtriser la croissance rapide du nombre de cas et sauver des vies ont eu des répercussions soudaines et sans précédent sur l’économie mondiale au cours de la première moitié de 2020. C’est dans les pays avancés des économies du G7 que l’effondrement de l’activité économique a été le plus grave, soit une chute allant de 8,7 % au Japon à 21,8 % au Royaume-Uni. La chute du PIB réel du Canada durant la première moitié de 2020, soit 13,4 %, était la quatrième plus forte du G7. Même après avoir tenu compte de la relance prévue de l’activité au troisième trimestre de l’année, le Fonds monétaire international (FMI) prévoit que la croissance mondiale se rétrécira de 4,4 % en 2020.

Ici au Canada, le choc sur l’économie canadienne découlant de la propagation de la COVID-19 a été soudain et profond à une échelle historique. La chute du PIB réel au deuxième trimestre était de loin la plus importante jamais enregistrée, une bonne partie des dommages survenant au cours d’une période extrêmement brève, de la mi-mars à la fin avril. Au cours de cette période, plus de 3 millions de Canadiens ont perdu leur emploi, et le taux d’emploi des Canadiens âgés de 15 à 64 ans a chuté, passant de sommets records à des planchers records (graphique 2.2).

Graphique 2.1
Croissance annuelle du PIB réel, Canada
Graphique 2.1 : Croissance annuelle du PIB réel, Canada

Nota – Le dernier point de données correspond à 2020.

Sources : Statistique Canada; enquête de septembre 2020du ministère des Finances Canada auprès d’économistes du secteur privé

Version textuelle
Croissance annuelle du PIB réel, Canada
  Pour cent
1930 -3,3
1931 -15,4
1932 -7,1
1933 -7,1
1934 10,6
1935 8,1
1936 5,4
1937 9,4
1938 2,6
1939 6,0
1940 13,7
1941 14,0
1942 17,7
1943 4,5
1944 3,8
1945 -3,1
1946 -1,0
1947 4,4
1948 1,8
1949 2,2
1950 7,4
1951 5,7
1952 7,3
1953 4,7
1954 -0,7
1955 9,3
1956 8,1
1957 2,9
1958 1,8
1959 4,1
1960 3,1
1961 3,0
1962 7,4
1963 5,4
1964 6,6
1965 6,3
1966 6,7
1967 3,1
1968 5,0
1969 5,0
1970 3,0
1971 4,0
1972 5,5
1973 6,8
1974 3,3
1975 1,5
1976 5,9
1977 3,4
1978 3,7
1979 3,7
1980 2,2
1981 3,5
1982 -3,2
1983 2,6
1984 5,9
1985 4,7
1986 2,1
1987 4,1
1988 4,4
1989 2,3
1990 0,2
1991 -2,1
1992 0,9
1993 2,7
1994 4,5
1995 2,7
1996 1,6
1997 4,3
1998 3,9
1999 5,2
2000 5,2
2001 1,8
2002 3,0
2003 1,8
2004 3,1
2005 3,2
2006 2,6
2007 2,1
2008 1,0
2009 -2,9
2010 3,1
2011 3,1
2012 1,8
2013 2,3
2014 2,9
2015 0,7
2016 1,0
2017 3,0
2018 2,4
2019 1,9
2020 -5,8
Graphique 2.2
Proportion des Canadiens âgés de 15 à 64 ans ayant un emploi
Graphique 2.2 : Proportion des Canadiens âgés de 15 à 64 ans ayant un emploi

Nota – Le dernier point de données correspond à avril 2020.

Source : Statistique Canada

Version textuelle
Proportion des Canadiens âgés de 15 à 64 ans ayant un emploi
  %
janv. 1976 63
févr. 1976 63,1
mars 1976 63,2
avr. 1976 63,3
mai 1976 63,2
juin 1976 63,1
juil. 1976 63
août 1976 63
sept. 1976 63,1
oct. 1976 62,9
nov. 1976 63,1
déc. 1976 63,3
janv. 1977 63,2
févr. 1977 63,1
mars 1977 63
avr. 1977 63,1
mai 1977 63,1
juin 1977 62,9
juil. 1977 62,8
août 1977 62,8
sept. 1977 62,8
oct. 1977 62,9
nov. 1977 62,9
déc. 1977 63
janv. 1978 63
févr. 1978 63,2
mars 1978 63,3
avr. 1978 63,4
mai 1978 63,4
juin 1978 63,6
juil. 1978 63,9
août 1978 64
sept. 1978 64
oct. 1978 64,3
nov. 1978 64,4
déc. 1978 64,5
janv. 1979 64,8
févr. 1979 64,7
mars 1979 64,9
avr. 1979 64,9
mai 1979 65,2
juin 1979 65,3
juil. 1979 65,6
août 1979 65,8
sept. 1979 65,7
oct. 1979 65,9
nov. 1979 66
déc. 1979 66
janv. 1980 66,1
févr. 1980 66
mars 1980 65,9
avr. 1980 66
mai 1980 65,7
juin 1980 65,9
juil. 1980 65,8
août 1980 66
sept. 1980 66,2
oct. 1980 66,4
nov. 1980 66,5
déc. 1980 66,5
janv. 1981 66,8
févr. 1981 67,2
mars 1981 67,1
avr. 1981 67,2
mai 1981 67,4
juin 1981 67,5
juil. 1981 67,3
août 1981 67,3
sept. 1981 66,9
oct. 1981 66,7
nov. 1981 66,6
déc. 1981 66,1
janv. 1982 65,9
févr. 1982 65,6
mars 1982 65,4
avr. 1982 64,8
mai 1982 64,5
juin 1982 63,9
juil. 1982 63,5
août 1982 63,1
sept. 1982 62,9
oct. 1982 62,8
nov. 1982 62,7
déc. 1982 62,7
janv. 1983 62,7
févr. 1983 62,8
mars 1983 63
avr. 1983 63,2
mai 1983 63,3
juin 1983 63,7
juil. 1983 63,9
août 1983 64,2
sept. 1983 64,4
oct. 1983 64,3
nov. 1983 64,3
déc. 1983 64,4
janv. 1984 64,2
févr. 1984 64,3
mars 1984 64,2
avr. 1984 64,1
mai 1984 64,3
juin 1984 64,7
juil. 1984 64,8
août 1984 64,7
sept. 1984 64,9
oct. 1984 64,9
nov. 1984 64,9
déc. 1984 65,1
janv. 1985 65,3
févr. 1985 65,4
mars 1985 65,5
avr. 1985 65,6
mai 1985 65,9
juin 1985 65,9
juil. 1985 66,1
août 1985 66,2
sept. 1985 66,2
oct. 1985 66,3
nov. 1985 66,6
déc. 1985 66,9
janv. 1986 67,1
févr. 1986 67,1
mars 1986 67,1
avr. 1986 67,5
mai 1986 67,4
juin 1986 67,5
juil. 1986 67,4
août 1986 67,4
sept. 1986 67,4
oct. 1986 67,5
nov. 1986 67,6
déc. 1986 67,6
janv. 1987 67,6
févr. 1987 67,8
mars 1987 68
avr. 1987 68,2
mai 1987 68,5
juin 1987 68,5
juil. 1987 68,6
août 1987 68,7
sept. 1987 68,9
oct. 1987 69,2
nov. 1987 69,4
déc. 1987 69,7
janv. 1988 69,7
févr. 1988 69,9
mars 1988 69,9
avr. 1988 70
mai 1988 70
juin 1988 69,9
juil. 1988 70
août 1988 70
sept. 1988 69,9
oct. 1988 70,1
nov. 1988 70,2
déc. 1988 70,4
janv. 1989 70,7
févr. 1989 70,7
mars 1989 70,9
avr. 1989 70,7
mai 1989 70,6
juin 1989 70,7
juil. 1989 70,7
août 1989 70,9
sept. 1989 70,8
oct. 1989 70,8
nov. 1989 70,8
déc. 1989 70,8
janv. 1990 70,8
févr. 1990 70,9
mars 1990 70,7
avr. 1990 70,8
mai 1990 70,5
juin 1990 70,6
juil. 1990 70,5
août 1990 70,4
sept. 1990 70,2
oct. 1990 69,9
nov. 1990 69,5
déc. 1990 69,2
janv. 1991 68,8
févr. 1991 68,5
mars 1991 68,2
avr. 1991 68,4
mai 1991 68,4
juin 1991 68,4
juil. 1991 68,3
août 1991 68,2
sept. 1991 68,1
oct. 1991 68,2
nov. 1991 67,8
déc. 1991 67,6
janv. 1992 67,4
févr. 1992 67,3
mars 1992 67
avr. 1992 67
mai 1992 66,9
juin 1992 66,7
juil. 1992 66,7
août 1992 66,4
sept. 1992 66,5
oct. 1992 66,6
nov. 1992 66,5
déc. 1992 66,5
janv. 1993 66,6
févr. 1993 66,7
mars 1993 66,6
avr. 1993 66,4
mai 1993 66,3
juin 1993 66,4
juil. 1993 66,4
août 1993 66,4
sept. 1993 66,5
oct. 1993 66,5
nov. 1993 66,6
déc. 1993 66,4
janv. 1994 66,3
févr. 1994 66,5
mars 1994 66,5
avr. 1994 66,6
mai 1994 66,9
juin 1994 67
juil. 1994 67,2
août 1994 67,3
sept. 1994 67,5
oct. 1994 67,5
nov. 1994 67,8
déc. 1994 67,7
janv. 1995 67,7
févr. 1995 67,6
mars 1995 67,7
avr. 1995 67,6
mai 1995 67,4
juin 1995 67,5
juil. 1995 67,4
août 1995 67,4
sept. 1995 67,5
oct. 1995 67,6
nov. 1995 67,4
déc. 1995 67,5
janv. 1996 67,4
févr. 1996 67,5
mars 1996 67,3
avr. 1996 67,4
mai 1996 67,4
juin 1996 67,4
juil. 1996 67,4
août 1996 67,5
sept. 1996 67,1
oct. 1996 67,1
nov. 1996 67,2
déc. 1996 67,3
janv. 1997 67,5
févr. 1997 67,5
mars 1997 67,6
avr. 1997 67,5
mai 1997 67,7
juin 1997 67,9
juil. 1997 68
août 1997 68,3
sept. 1997 68,3
oct. 1997 68,4
nov. 1997 68,4
déc. 1997 68,5
janv. 1998 68,3
févr. 1998 68,6
mars 1998 68,7
avr. 1998 68,8
mai 1998 68,7
juin 1998 68,7
juil. 1998 68,9
août 1998 69,1
sept. 1998 69,2
oct. 1998 69,3
nov. 1998 69,4
déc. 1998 69,4
janv. 1999 69,7
févr. 1999 69,6
mars 1999 69,6
avr. 1999 69,8
mai 1999 69,9
juin 1999 69,9
juil. 1999 70,1
août 1999 70,1
sept. 1999 70,2
oct. 1999 70,3
nov. 1999 70,5
déc. 1999 70,7
janv. 2000 70,8
févr. 2000 70,9
mars 2000 70,9
avr. 2000 70,9
mai 2000 70,9
juin 2000 70,9
juil. 2000 70,8
août 2000 70,8
sept. 2000 70,9
oct. 2000 71,1
nov. 2000 71,1
déc. 2000 71,2
janv. 2001 71,1
févr. 2001 71
mars 2001 71
avr. 2001 71
mai 2001 71
juin 2001 70,8
juil. 2001 70,8
août 2001 70,7
sept. 2001 70,7
oct. 2001 70,7
nov. 2001 70,7
déc. 2001 70,4
janv. 2002 70,7
févr. 2002 70,6
mars 2002 70,9
avr. 2002 71
mai 2002 71,2
juin 2002 71,4
juil. 2002 71,6
août 2002 71,9
sept. 2002 71,8
oct. 2002 71,7
nov. 2002 71,8
déc. 2002 72
janv. 2003 72,1
févr. 2003 72,2
mars 2003 72,2
avr. 2003 72
mai 2003 72
juin 2003 72
juil. 2003 72,1
août 2003 72,1
sept. 2003 72,1
oct. 2003 72,2
nov. 2003 72,3
déc. 2003 72,5
janv. 2004 72,4
févr. 2004 72,4
mars 2004 72,4
avr. 2004 72,5
mai 2004 72,6
juin 2004 72,6
juil. 2004 72,5
août 2004 72,4
sept. 2004 72,5
oct. 2004 72,5
nov. 2004 72,5
déc. 2004 72,5
janv. 2005 72,5
févr. 2005 72,5
mars 2005 72,5
avr. 2005 72,4
mai 2005 72,3
juin 2005 72,4
juil. 2005 72,4
août 2005 72,5
sept. 2005 72,3
oct. 2005 72,5
nov. 2005 72,6
déc. 2005 72,5
janv. 2006 72,4
févr. 2006 72,5
mars 2006 72,7
avr. 2006 72,7
mai 2006 73
juin 2006 72,9
juil. 2006 72,9
août 2006 72,8
sept. 2006 72,8
oct. 2006 72,8
nov. 2006 72,9
déc. 2006 73,2
janv. 2007 73,3
févr. 2007 73,3
mars 2007 73,5
avr. 2007 73,3
mai 2007 73,4
juin 2007 73,5
juil. 2007 73,7
août 2007 73,6
sept. 2007 73,6
oct. 2007 73,7
nov. 2007 73,7
déc. 2007 73,7
janv. 2008 73,7
févr. 2008 73,8
mars 2008 73,7
avr. 2008 73,7
mai 2008 73,7
juin 2008 73,5
juil. 2008 73,4
août 2008 73,4
sept. 2008 73,5
oct. 2008 73,5
nov. 2008 73,1
déc. 2008 72,8
janv. 2009 72,3
févr. 2009 72
mars 2009 71,9
avr. 2009 71,6
mai 2009 71,3
juin 2009 71,1
juil. 2009 71,1
août 2009 71
sept. 2009 71
oct. 2009 70,9
nov. 2009 71,3
déc. 2009 71,1
janv. 2010 71,3
févr. 2010 71,4
mars 2010 71,3
avr. 2010 71,6
mai 2010 71,6
juin 2010 71,7
juil. 2010 71,6
août 2010 71,5
sept. 2010 71,3
oct. 2010 71,4
nov. 2010 71,6
déc. 2010 71,7
janv. 2011 71,9
févr. 2011 71,9
mars 2011 71,9
avr. 2011 71,9
mai 2011 71,8
juin 2011 71,9
juil. 2011 72
août 2011 72
sept. 2011 72
oct. 2011 71,7
nov. 2011 71,7
déc. 2011 71,8
janv. 2012 71,7
févr. 2012 71,7
mars 2012 71,9
avr. 2012 72,2
mai 2012 72,1
juin 2012 72,1
juil. 2012 72
août 2012 72,1
sept. 2012 72,3
oct. 2012 72,2
nov. 2012 72,3
déc. 2012 72,5
janv. 2013 72,5
févr. 2013 72,6
mars 2013 72,3
avr. 2013 72,4
mai 2013 72,6
juin 2013 72,5
juil. 2013 72,4
août 2013 72,4
sept. 2013 72,4
oct. 2013 72,3
nov. 2013 72,3
déc. 2013 72,2
janv. 2014 72,3
févr. 2014 72,2
mars 2014 72,3
avr. 2014 72,2
mai 2014 72,2
juin 2014 72,1
juil. 2014 72,3
août 2014 72,1
sept. 2014 72,3
oct. 2014 72,5
nov. 2014 72,5
déc. 2014 72,4
janv. 2015 72,4
févr. 2015 72,6
mars 2015 72,6
avr. 2015 72,4
mai 2015 72,6
juin 2015 72,6
juil. 2015 72,7
août 2015 72,6
sept. 2015 72,6
oct. 2015 72,5
nov. 2015 72,4
déc. 2015 72,4
janv. 2016 72,5
févr. 2016 72,4
mars 2016 72,5
avr. 2016 72,6
mai 2016 72,5
juin 2016 72,5
juil. 2016 72,3
août 2016 72,5
sept. 2016 72,7
oct. 2016 72,9
nov. 2016 72,8
déc. 2016 72,9
janv. 2017 73,3
févr. 2017 73,2
mars 2017 73,3
avr. 2017 73,2
mai 2017 73,4
juin 2017 73,5
juil. 2017 73,5
août 2017 73,5
sept. 2017 73,4
oct. 2017 73,6
nov. 2017 73,8
déc. 2017 74
janv. 2018 73,6
févr. 2018 73,7
mars 2018 73,8
avr. 2018 73,6
mai 2018 73,5
juin 2018 73,7
juil. 2018 73,9
août 2018 73,7
sept. 2018 73,9
oct. 2018 73,9
nov. 2018 74,2
déc. 2018 74,1
janv. 2019 74,2
févr. 2019 74,3
mars 2019 74,2
avr. 2019 74,5
mai 2019 74,6
juin 2019 74,5
juil. 2019 74,4
août 2019 74,5
sept. 2019 74,6
oct. 2019 74,5
nov. 2019 74,3
déc. 2019 74,4
janv. 2020 74,5
févr. 2020 74,6
mars 2020 70,6
avr. 2020 62,8

Cet effondrement historique de l’activité économique s’est fait sentir dans l’ensemble de l’économie. Au printemps, l’activité du marché de l’habitation a été interrompue. Les confinements et les défis liés aux chaînes d’approvisionnement ont obligé beaucoup de détaillants, de fabricants et de fournisseurs de services à fermer leurs portes. Les consommateurs ont radicalement réduit leurs dépenses, car ils ont suivi les conseils des autorités de santé publique et sont restés chez eux. Pour de nombreuses entreprises, les mesures de santé publique et la demande réduite ont, ensemble, mené à des revenus considérablement réduits. Les travailleurs essentiels ont continué de s’acquitter de leurs tâches, dont les Canadiens dépendent, affrontant tous les jours les dangers de la pandémie. Les entreprises à contact étroit des secteurs de l’accueil, de vente au détail, du divertissement et des loisirs, comme les restaurants, les hôtels, les gymnases, les salles de spectacle et les événements sportifs, ont été particulièrement fort touchées, tout comme le grand nombre de femmes, de jeunes, de Canadiens racisés et de travailleurs à faible revenu qui dépendent de ces entreprises pour leur subsistance. Le grand nombre de petites entreprises œuvrant dans ces secteurs continuent d’être confrontées à de graves difficultés (graphiques 2.3 et 2.4).

Graphique 2.3
Pourcentage des petites entreprises entièrement ouvertes, certains secteurs
Graphique 2.3 : Pourcentage des petites entreprises entièrement ouvertes, certains secteurs

Nota – Le dernier point de données correspond au 4 novembre 2020.

Source : Fédération canadienne de l’entreprise indépendante

Version textuelle
Pourcentage des petites entreprises entièrement ouvertes, certains secteurs
  Arts, div, et information (%) Commerce de détail (%) Fabrication (%) Construction (%) Hôtellerie et restauration (%)
26 mars 12 36 57 47 7
2 avr. 7 15 34 26 4
9 avr. 7 14 30 21 5
16 avr. 10 13 32 21 5
23 avr. 10 15 35 25 5
30 avr. 9 15 34 31 5
7 mai 9 16 40 34 4
14 mai 10 22 47 42 5
21 mai 14 29 52 54 7
5 juin 17 41 58 67 9
11 juin 21 48 67 73 15
18 juin 24 51 67 77 18
25 juin 27 51 71 79 26
2 juil. 34 56 72 83 28
16 juil. 29 56 72 82 29
30 juil. 35 60 72 86 32
13 août 44 61 73 87 35
26 août 42 61 77 90 36
23 sept. 44 63 76 87 32
22 oct. 43 68 82 87 37
4 nov. 36 65 81 86 30
Graphique 2.4
Pourcentage des entreprises ayant déclaré une baisse des revenus de plus de 50 % entre avril 2019 et avril 2020
Graphique 2.4 : Pourcentage des entreprises ayant déclaré une baisse des revenus de plus de 50 % entre avril 2019 et avril 2020

Source : Statistique Canada (Enquête canadienne sur la situation des entreprises : les répercussions de la COVID-19 sur les entreprises au Canada)

Version textuelle
Pourcentage des entreprises ayant déclaré une baisse des revenus de plus de 50 % entre avril 2019 et avril 2020
  Per cent
All industries 35,3
Hébergement et restauration 62,3
Arts, spectacles et loisirs 59,9
Construction 50,9
Transport et entreposage 40,5
1 à 4 employés 37
5 à 19 employés 34
20 à 99 employés 32,5
100 employés ou plus 24,9

2.2.1 Des millions d’emplois ont été perdus

Au pic du confinement ce printemps, plus de 5,5 millions de Canadiens avaient été mis à pied ou travaillaient considérablement moins d’heures (graphique 2.5). La forte hausse du nombre de travailleurs ayant toujours un emploi mais ne travaillant aucune heure était une caractéristique anormale de cette crise, créant un besoin de nouvelles mesures pour aider les entreprises à conserver leurs employés. Les pertes d’emploi les plus fortes ont été enregistrées dans les services d’hébergement et de restauration (graphique 2.6). Ce sont des secteurs qui emploient de façon disproportionnée des femmes, des jeunes et des immigrants.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

L’égalité des genres et la diversité au Canada

  • Participation à l’économie et la prospérité

Les répercussions initiales sur le marché du travail découlant de la COVID-19 se sont fait le plus ressentir chez les travailleurs à faible revenu, ce groupe enregistrant un déclin de 38 % de l’emploi entre février et avril, comparativement à 13 % pour l’ensemble des salariés. Les travailleuses à faible revenu (41 %) ont été plus durement touchées que les travailleurs à faible revenu (34 %). Les immigrants très récents (arrivés il y a cinq ans ou moins) ont eux aussi été durement touchés, l’emploi chez ce groupe ayant diminué de 23 % de février à avril, par rapport à 14 % chez les personnes nées au Canada.

Graphique 2.5
Travailleurs considérablement touchés par la COVID-19, avril 2020
Graphique 2.5 : Travailleurs considérablement touchés par la COVID-19, avril 2020

Source : Statistique Canada

Version textuelle
Travailleurs considérablement touchés par la COVID-19, avril 2020
  Millions
Travailleurs considérablement touchés 5,512
Employés, heures considérablement réduites 2,5075
Mis à pied, en attente de réembauche 1,075125
Mis à pied, sans attente de réembauche 1,929375
Graphique 2.6
Changement à l’emploi par secteur, de février 2020 à avril 2020
Graphique 2.6 : Changement à l’emploi par secteur,
de février 2020 à avril 2020

Sources : Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

Version textuelle
Changement à l’emploi par secteur, de février 2020 à avril 2020
  Milliers
Hébergement et restauration -615
Commerce de gros et de détail -582,2
Construction -315,8
Fabrication -301,6
Soins de santé et aide sociale -229,1
Inform., culture et loisirs -185,7
Autres services -183
Services d'éducation -159,8
Transport et entreposage -143,2
Soutien aux entreprises et
relatifs aux bâtiments
-94,5
Services professionnels -74,2
Finances et biens immobiliers -45
Administration publique -25,1
Ressources naturelles -23
Agriculture -22
Services publics -5,3

2.2.2 Mise en évidence des inégalités

La pandémie a mis en lumièreles inégalités dans la société canadienne et, dans bien des cas, les a aggravées. Le virus s’est propagé de façon disproportionnée dans les communautés à faible revenu et racisées. Ce sont les jeunes, les travailleurs à faible revenu, les personnes handicapées et les femmes qui ont subi les pertes d’emploi et de salaire les plus importantes. Les mères avec de jeunes enfants, les femmes racisées et les immigrantes, ainsi que les femmes qui assument souvent le fardeau supplémentaire du travail non rémunéré à la maison ont en outre un accès réduit aux services et soutiens communautaires. Les travailleurs à bas salaire, qui étaient déjà vulnérables aux chocs sur les revenus en raison de leur épargne plus faible et de leur accès limité au crédit, ont aussi été touchés de façon disproportionnée par les pertes d’emploi (graphiques 2.7 et 2.8).

Graphique 2.7
Baisses de l’emploi par groupes sélectionnés, de février 2020 à avril 2020
Graphique 2.7 : Baisses de l’emploi par groupes sélectionnés,
de février 2020 à avril 2020

Nota – Population en âge de travailler (de 25 à 64 ans), à l’exception de tous les travailleurs (15 ans ou plus) et des jeunes (de 15 à 24 ans).

Sources : Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

Version textuelle
Baisses de l’emploi par groupes sélectionnés, de février 2020 à avril 2020
  Tous les travailleurs Jeunes Mères seules Diplôme d'études sec,
ou moins
Immigrants récents Autochtones vivant hors réserve
April (%) -12,48069683 -34,7025 -20,4749 -18,07746575 -17,3592 -14,92921493
Graphique 2.8
Proportion de travailleurs mis à pied ou dont les heures de travail ont été considérablement réduites en avril 2020, par tranches de rémunération hebdomadaire
Graphique 2.8 : Proportion de travailleurs mis à pied ou dont les heures de travail ont été considérablement réduites en avril 2020, par tranches de rémunération hebdomadaire

Nota – Rémunération hebdomadaire moyenne selon le décile.

Sources : Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

Version textuelle
Proportion de travailleurs mis à pied ou dont les heures de travail ont été considérablement réduites en avril 2020, par tranches de rémunération hebdomadaire
  Jusqu'à
296 $
297 $
à
520 $
521 $
à
665 $
666 $
à
788 $
789 $
à
922 $
923 $
à
1 071 $
1 072 $
à
1 250 $
1 251 $
à
1 538 $
1 539 $
à
1 885 $
1 886 $
ou
plus
Per cent 62,0 53,1 40,3 35,6 30,5 21,6 18,2 9,3 8,8 1,7

Au creux de la récession en avril, l’emploi chez les jeunes avait diminué de plus d’un tiers par rapport au mois de février. Environ 1,5 million de femmes en moins étaient employées en avril par rapport à février. L’emploi chez les immigrants récents a chuté plus soudainement que pour les personnes nées au Canada. Les Canadiens racisés ont aussi signalé des répercussions plus importantes sur le marché du travail. Dans une enquête participative menée par Statistique Canada à la fin du mois de mai et au début du mois de juin, 47 % des personnes s’identifiant comme des Asiatiques de l’Ouest, 42 % de celles s’identifiant comme des Philippins, 40 % de celles s’identifiant comme des Coréens et 40 % de celles s’identifiant comme Asiatiques du Sud-Est ont déclaré avoir subi une perte d’emploi ou une réduction des heures de travail, par rapport à 34 % des personnes s’identifiant comme des Blancs.

De nombreuses familles canadiennes se sont retrouvées avec des choix limités pour s’occuper des enfants. Par conséquent, les parents devaient soit jongler le travail à temps plein tout en demeurant à la maison, soit choisir de se retirer de la population active pour s’occuper de leurs enfants. Cette situation représente une autre lacune de notre filet de sécurité sociale : avant la pandémie, l’accès à des services de garde d’enfants abordables était difficile, et durant la pandémie, cet accès est devenu presque impossible. Il y a eu des répercussions nettes sur l’emploi des femmes qui sont mères ainsi que sur les Canadiens racisés et qui sont principalement des femmes travaillant dans le secteur des services de garde d’enfants. Le taux de participation des femmes à la population active a diminué pour atteindre son niveau le plus bas des trois dernières décennies.

Cette année, des millions de Canadiens ont soudainement subi une perte de revenus. Au cours de la première moitié de 2020, le revenu d’emploi a baissé d’un montant sans précédent de 32 milliards de dollars, soit une baisse de 10 % (graphique 2.9). Le régime d’assurance-emploi a été inondé de millions de demandes présentées par des travailleurs canadiens, dont bon nombre n’y étaient pas admissibles. (graphique 2.10) Cette situation a exposé l’ampleur des lacunes du filet de sécurité sociale du Canada. Les mesures de soutien du gouvernement fédéral, comme la Prestation canadienne d’urgence ainsi que les suppléments au crédit pour la TPS et à l’Allocation canadienne pour enfants, ont aidé à combler ces écarts de revenu.

Graphique 2.9
Baisses du revenu d’emploi lors des ralentissements précédents
Graphique 2.9 : Baisses du revenu d’emploi lors des ralentissements précédents

Sources : Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

Version textuelle
Baisses du revenu d’emploi lors des ralentissements précédents
  %
1981-
1982
-0,79014
1990-
1991
Pas de déclin
2008-
2009
-1,87142
2016 -0,90981
2020 -9,70865
Graphique 2.10
Volumes de demandes de prestations d’assurance-emploi, du 16 mars au 5 avril 2020
Graphique 2.10 : Volumes de demandes de prestations d’assurance-emploi, du 16 mars au 5 avril 2020

Source : Emploi et Développement social Canada

Version textuelle
Volumes de demandes de prestations d’assurance-emploi, du 16 mars au 5 avril 2020
  Cumulative claims (2020) 2008-09 peak monthly claims
16 mars 71 081 330 300
17 mars 159 016 330 300
18 mars 289 701 330 300
19 mars 483 403 330 300
20 mars 697 321 330 300
21 mars 814 550 330 300
22 mars 911 197 330 300
23 mars 1 065 875 330 300
24 mars 1 332 662 330 300
25 mars 1 556 726 330 300
26 mars 1 729 268 330 300
27 mars 1 879 031 330 300
28 mars 1 967 077 330 300
29 mars 2 029 815 330 300
30 mars 2 130 855 330 300
31 mars 2 229 499 330 300
1 avr. 2 308 982 330 300
2 avr. 2 397 986 330 300
3 avr. 2 462 236 330 300
4 avr. 2 507 136 330 300
5 avr. 2 543 466 330 300

2.3 Une relance partielle et inégale

2.3.1 Le soutien du gouvernement a stabilisé l’économie

Les mesures de soutien financier du gouvernement ont procuré un soutien considérable à l’économie canadienne, et elles continueront à le faire. Dans l’ensemble, l’analyse du ministère des Finances du Canada indique que les mesures de soutien direct devraient entraîner une augmentation de l’activité économique de 4,6 % en 2020 et de 4,4 % en 2021 comparativement à un scénario sans mesures de soutienNote de bas de page 1. Cela correspond à environ 1,2 million d’emplois (équivalents temps plein) protégés en 2020. Sans les mesures de soutien direct, le taux de chômage aurait augmenté de 6 points de pourcentage de plus en 2020, et serait encore au-dessus de 12 % à la fin de 2021 (graphiques 2.11 et 2.12)Note de bas de page 2. De façon générale, nous estimons que ces mesures ont compensé environ la moitié des effets économiques de la pandémie sur le taux de chômage à la fin du deuxième trimestre et environ le quart des effets négatifs sur le PIB réel. Le soutien rapide, décisif et considérable fourni par le gouvernement fédéral a permis de protéger la santé des Canadiens, les emplois des Canadiens et les entreprises canadiennes, mettant ainsi l’économie canadienne en bonne position pour assurer une relance vigoureuse et durable une fois le virus maîtrisé. Le soutien du gouvernement aidera à jeter les bases de la reprise économique.

Graphique 2.11
PIB réel
Graphique 2.11 : PIB réel (milliards de dollars enchaînés de 2012)

Sources : Statistique Canada; Enquête de septembre 2020 du ministère des Finances Canada auprès d’économistes du secteur privé; calculs du ministère des Finances Canada

Version textuelle
PIB réel (milliards de dollars enchaînés de 2012)
2020 2021
Sans mesures de soutien direct (millards de dollars enchaînés de 2012) 1 893 1 987
Avec mesures de soutien direct (millards de dollars enchaînés de 2012) 1 980 2 074
Graphique 2.12
Taux de chômage
Graphique 2.12 : Taux de chômage

Nota – Le dernier point de données correspond au T4 de 2021.

Sources : Statistique Canada; Enquêtes de septembre 2020 du ministère des Finances Canada auprès d’économistes du secteur privé; calculs du ministère des Finances Canada

Version textuelle
Taux de chômage
2017
T1
17Q2 17Q3 17Q4 2018
T1
18Q2 18Q3 18Q4 2019
T1
19Q2 19Q3 19Q4 2020
T1
20Q2 20Q3 20Q4 2021
T1
21Q2 21Q3 21Q4
Avec mesures de soutien direct (%) 6,7 6,5 6,2 6,0 5,8 5,9 5,9 5,7 5,8 5,6 5,6 5,7 6,3 13,0 10,0 9,1 8,7 8,3 7,9 7,5
Sans mesures de soutien direct (%)                       5,7 7,2 18,8 19,3 17,2 14,8 14,3 13,5 12,3

2.3.2 La relance au Canada au troisième trimestre a dépassé les attentes

Grâce au soutien rapide et considérable fourni par le gouvernement fédéral, l’économie du Canada a subi une contraction moins profonde que ce qui aurait été le cas autrement. Après avoir affiché au cours du printemps dernier son plus profond déclin jamais enregistré, l’économie du Canada a repris vigoureusement au troisième trimestre, l’augmentation annualisée du PIB réel étant probablement de plus de 45 %, et près de 80 % des plus de trois millions d’emplois perdus au début de la pandémie ont été récupérés (graphiques 2.13 et 2.14). Cette reprise a été encore plus forte que ce qui avait été prévu dans le Portrait économique et budgétaire de juillet (Portrait de 2020). Toutefois, la relance a été inégale et partielle. Les travailleurs à rémunération élevée dans des secteurs comme les services professionnels et techniques, les services financiers et la fonction publique, ainsi que les travailleurs qui ont tendance à pouvoir travailler à domicile ont connu une perte d’emplois moindre, ou ont même connu une reprise pour atteindre des niveaux d’emploi supérieurs à ceux d’avant la pandémie. Entre-temps, les travailleurs à salaire plus faible dans les industries qui demeurent touchées par les restrictions de santé publique et par une demande plus faible en raison de la COVID-19 – notamment les hôtels, les voyages, le divertissement et les restaurants – sont confrontés à des heures réduites ou au chômage.

Graphique 2.13
Évolution du PIB réel mensuel pendant la crise de la COVID-19 par rapport à la période de la crise financière mondiale
Graphique 2.13 : Évolution du PIB réel mensuel pendant la crise de la COVID-19 par rapport à la période de la crise financière mondiale

Nota – Les données de septembre 2020 représentent une estimation préliminaire de Statistique Canada.

Source : Statistique Canada

Version textuelle
Évolution du PIB réel mensuel pendant la crise de la COVID-19 par rapport à la période de la crise financière mondiale (Indice : sommet avant la récession = 100)
  Récession de 2008-2009 Ralentissement de 2020 :
Baisse de 18,2 % en 2 mois
févr. 2020 100,0 100,0
mars 2020 99,9 92,7
avr. 2020 98,9 81,9
mai 2020 97,5 85,9
juin 2020 97,1 91,5
juil. 2020 96,6 94,3
août 2020 95,8 95,4
sept. 2020 95,5 96,1
Graphique 2.14
Emploi mensuel, 2020 à ce jour
Graphique 2.14 : Emploi mensuel, 2020 à ce jour

Source : Statistique Canada

Version textuelle
Emploi mensuel, 2020 à ce jour (millions de travailleurs)
  Réel et creux Rebond Sommet
janv, 2020 19,2   19,2
févr. 2020 19,2   19,2
mars 2020 18,2   19,2
avr. 2020 16,2   19,2
mai 2020 16,2 0,3 19,2
juin 2020 16,2 1,2 19,2
juil. 2020 16,2 1,7 19,2
août 2020 16,2 1,9 19,2
sept. 2020 16,2 2,3 19,2
oct, 2020 16,2 2,4 19,2

Grâce à ce soutien, l’économie canadienne a fait preuve d’une résilience considérable, affichant une forte relance de l’activité économique et des emplois tout au long de l’été et au début de l’automne. Même si la deuxième vague du virus réduira la croissance à court terme et prolongera probablement la période de relance, l’économie canadienne est en bonne position pour revenir sur une voie de croissance plus durable l’an prochain, renforcée par de solides facteurs économiques fondamentaux.

Des programmes comme la Subvention salariale d’urgence du Canada ont donné aux employés une aide financière pour leur permettre de maintenir ou de réembaucher leurs travailleurs. Les données sur les annonces d’emploi indiquent que la demande de main-d’œuvre a augmenté depuis le mois d’avril (graphique 2.15), dépassant celle des États-Unis malgré une approche plus restrictive quant à la réouverture dans plusieurs provinces. En septembre, l’Accord sur la relance sécuritaire et les programmes de soutien pour une rentrée scolaire sécuritaire ont aidé les écoles et les garderies à rouvrir leurs portes, permettant ainsi à beaucoup de parents de retourner au travail. Ce soutien, accompagné d’un taux d’infection national plus faible jusqu’ici, a fait en sorte que la relance de l’emploi canadien a dépassé celle des États-Unis. Le Canada a récupéré près de huit emplois perdus sur dix, comparativement à un peu plus de la moitié aux États-Unis, et certains secteurs comme l’éducation, l’immobilier, les services professionnels, les finances et l’assurance ont amplement récupéré leurs pertes. Il est important de noter que le soutien fédéral accordé au marché du travail du Canada a aidé les Canadiens à retourner plus rapidement au travail et à avoir une plus grande certitude à l’égard de leurs perspectives d’emploi futures que leurs homologues aux États-Unis (graphique 2.16). Les emplois ne sont toutefois pas encore retournés à leurs niveaux d’avant la pandémie, et la virulence de la deuxième vague ainsi que les mesures de santé publique mises en place pour la contrer auront inévitablement des répercussions sur la croissance et les emplois.

Graphique 2.15
Annonces d’emplois en ligne, Canada et États-Unis
Graphique 2.15 : Annonces d’emplois en ligne,
Canada et États-Unis

Nota – Le dernier point de données correspond au 13 novembre 2020.

Source : Indeed

Version textuelle
Annonces d’emplois en ligne, Canada et États-Unis (indice: 1er février 2020 = 100 (moyenne mobile sur 7 jours))
Canada États-Unis
févr. 2020 100 100
févr. 2020 100,0986 100,0771
févr. 2020 100,3293 100,2985
févr. 2020 100,3945 100,3451
févr. 2020 100,4927 100,3867
févr. 2020 100,602 100,4842
févr. 2020 100,7758 100,4046
févr. 2020 101,1135 100,5173
févr. 2020 101,3955 100,6264
févr. 2020 101,4744 100,5589
févr. 2020 101,7278 100,6703
févr. 2020 101,9729 100,7795
févr. 2020 102,115 100,8023
févr. 2020 102,1579 100,8409
févr. 2020 102,0127 100,6071
févr. 2020 102,0275 100,5217
févr. 2020 102,0262 100,4005
févr. 2020 101,9125 100,3259
févr. 2020 101,7555 100,2435
févr. 2020 101,6801 100,1431
févr. 2020 101,6639 100,0842
févr. 2020 101,6494 100,1252
févr. 2020 101,6356 100,1476
févr. 2020 101,6237 100,1962
févr. 2020 101,726 100,2492
févr. 2020 101,8875 100,3855
févr. 2020 102,0829 100,5926
févr. 2020 102,2253 100,8042
févr. 2020 102,4447 101,153
mars 2020 102,4634 101,3799
mars 2020 102,4587 101,5775
mars 2020 102,4441 101,7293
mars 2020 102,3519 101,7581
mars 2020 102,278 101,7631
mars 2020 102,1981 101,7433
mars 2020 102,0939 101,8177
mars 2020 102,1516 101,9027
mars 2020 102,2171 101,9117
mars 2020 102,4034 101,9595
mars 2020 102,6227 102,0131
mars 2020 102,805 102,0531
mars 2020 102,9475 102,0039
mars 2020 103,1334 101,823
mars 2020 103,0815 101,603
mars 2020 102,9439 101,4396
mars 2020 102,3212 100,9996
mars 2020 101,256 100,4204
mars 2020 99,82771 99,69943
mars 2020 98,06825 98,79525
mars 2020 95,67543 97,45371
mars 2020 93,50025 96,25555
mars 2020 91,33124 94,97444
mars 2020 89,03488 93,79196
mars 2020 86,91787 92,54489
mars 2020 84,85922 91,21379
mars 2020 82,64843 89,69858
mars 2020 80,93673 88,50938
mars 2020 79,08294 87,17252
mars 2020 77,28822 85,8999
mars 2020 75,74149 84,66211
avr. 2020 74,11834 83,40241
avr. 2020 72,53466 82,03206
avr. 2020 71,31153 81,05744
avr. 2020 70,03119 79,83014
avr. 2020 68,79812 78,57574
avr. 2020 67,5623 77,46886
avr. 2020 66,3055 76,35231
avr. 2020 65,30994 75,52293
avr. 2020 64,38842 74,89142
avr. 2020 63,48441 74,16581
avr. 2020 62,72949 73,74539
avr. 2020 61,9122 73,32812
avr. 2020 61,11614 72,8392
avr. 2020 60,48021 72,42453
avr. 2020 59,62579 71,90834
avr. 2020 58,95026 71,373
avr. 2020 58,36358 70,89506
avr. 2020 57,87897 70,50925
avr. 2020 57,27879 70,12089
avr. 2020 56,99985 69,81549
avr. 2020 56,78323 69,35213
avr. 2020 56,74941 68,8988
avr. 2020 56,64947 68,53924
avr. 2020 56,59584 68,20389
avr. 2020 56,67263 67,88874
avr. 2020 56,93531 67,59893
avr. 2020 56,97192 67,2215
avr. 2020 57,0216 67,00578
avr. 2020 57,08797 66,90702
avr. 2020 57,15507 66,83149
mai 2020 57,14836 66,82248
mai 2020 57,08846 66,75584
mai 2020 56,85259 66,6756
mai 2020 56,75921 66,61771
mai 2020 56,75221 66,61982
mai 2020 56,6556 66,61699
mai 2020 56,67687 66,63193
mai 2020 56,81863 66,70242
mai 2020 57,06207 67,04067
mai 2020 57,41631 67,4197
mai 2020 57,63375 67,73107
mai 2020 57,77141 68,04395
mai 2020 57,88626 68,0116
mai 2020 57,94206 68,26454
mai 2020 58,12854 68,72907
mai 2020 58,05122 68,87074
mai 2020 57,97997 69,03206
mai 2020 57,91003 69,22611
mai 2020 57,78212 69,44843
mai 2020 58,004 70,01761
mai 2020 58,37603 70,45508
mai 2020 58,6323 70,66362
mai 2020 59,10225 71,0068
mai 2020 59,42122 71,27294
mai 2020 59,73624 71,52855
mai 2020 60,14315 71,7026
mai 2020 60,37694 71,79674
mai 2020 60,51793 71,73456
mai 2020 60,79711 71,85197
mai 2020 61,25486 72,08278
mai 2020 61,51132 72,23364
juin 2020 61,78366 72,34411
juin 2020 62,03452 72,50851
juin 2020 62,27946 72,7329
juin 2020 62,49965 73,04312
juin 2020 62,755 73,2208
juin 2020 62,97934 73,35407
juin 2020 63,4642 73,57663
juin 2020 63,84713 73,82527
juin 2020 64,31255 74,12442
juin 2020 64,8042 74,41276
juin 2020 65,28867 74,70058
juin 2020 65,63924 74,8901
juin 2020 65,78124 75,10199
juin 2020 66,15684 75,43001
juin 2020 66,58131 75,78118
juin 2020 66,9504 76,11835
juin 2020 67,35518 76,42236
juin 2020 67,76267 76,75952
juin 2020 68,19842 77,1857
juin 2020 68,77723 77,66171
juin 2020 69,14435 78,14876
juin 2020 69,49796 78,63862
juin 2020 69,83772 78,80192
juin 2020 70,15211 79,01743
juin 2020 70,38798 79,21788
juin 2020 70,57754 79,40159
juin 2020 70,83251 79,45664
juin 2020 71,02448 79,41742
juin 2020 71,21173 79,42361
juin 2020 71,30863 79,72365
juil. 2020 71,2495 79,96597
juil. 2020 71,10952 80,10613
juil. 2020 70,96535 80,26924
juil. 2020 70,81572 80,41688
juil. 2020 70,61676 80,54162
juil. 2020 70,43076 80,62742
juil. 2020 70,38571 80,6886
juil. 2020 70,55651 80,86595
juil. 2020 70,92869 81,16094
juil. 2020 71,34635 81,43748
juil. 2020 71,67078 81,78399
juil. 2020 72,11473 82,12881
juil. 2020 72,55907 82,44612
juil. 2020 72,98392 82,82219
juil. 2020 73,31876 83,07612
juil. 2020 73,66465 83,27664
juil. 2020 73,97967 83,45744
juil. 2020 74,03678 83,43807
juil. 2020 74,30516 83,63478
juil. 2020 74,57638 83,85195
juil. 2020 74,8368 84,04673
juil. 2020 75,17126 84,32886
juil. 2020 75,44417 84,62753
juil. 2020 75,73454 85,04884
juil. 2020 76,40244 85,6566
juil. 2020 76,77674 86,0699
juil. 2020 77,16754 86,46228
juil. 2020 77,55332 86,83772
juil. 2020 77,91006 87,17233
juil. 2020 78,3108 87,55067
juil. 2020 78,54112 87,77231
août 2020 78,58718 87,8561
août 2020 78,63223 87,95842
août 2020 78,67767 88,08086
août 2020 78,62398 88,11453
août 2020 78,55689 88,1854
août 2020 78,48295 88,13164
août 2020 78,55472 88,1553
août 2020 78,80096 88,26066
août 2020 79,07281 88,33656
août 2020 79,29657 88,3998
août 2020 79,67907 88,59275
août 2020 79,94064 88,64104
août 2020 80,1645 88,51694
août 2020 80,54415 88,38403
août 2020 80,54951 88,13009
août 2020 80,80255 88,04405
août 2020 81,10662 87,94213
août 2020 81,34909 87,72688
août 2020 81,83288 87,66498
août 2020 82,29632 87,83874
août 2020 82,61366 87,94864
août 2020 83,24707 88,22798
août 2020 83,6973 88,32262
août 2020 84,09002 88,43772
août 2020 84,59026 88,68181
août 2020 84,86665 88,87593
août 2020 85,16946 89,01201
août 2020 85,56296 89,18235
août 2020 85,87957 89,39462
août 2020 86,18943 89,63019
août 2020 86,45858 89,8369
sept. 2020 86,42404 89,80702
sept. 2020 86,5742 89,77531
sept. 2020 86,66478 89,81377
sept. 2020 86,68832 89,85569
sept. 2020 86,7778 89,80746
sept. 2020 86,81103 89,78797
sept. 2020 87,04381 89,74523
sept. 2020 87,28566 89,81628
sept. 2020 87,4649 89,89092
sept. 2020 87,68518 90,02809
sept. 2020 87,95814 90,19705
sept. 2020 88,07193 90,30583
sept. 2020 88,24379 90,35155
sept. 2020 88,27857 90,45877
sept. 2020 88,50609 90,6513
sept. 2020 88,7844 90,85157
sept. 2020 89,01742 91,0205
sept. 2020 89,21451 91,14431
sept. 2020 89,52654 91,28467
sept. 2020 89,80582 91,5137
sept. 2020 90,01752 91,68977
sept. 2020 90,27007 91,93686
sept. 2020 90,44584 92,1888
sept. 2020 90,68822 92,37966
sept. 2020 90,90942 92,58669
sept. 2020 91,12248 92,77809
sept. 2020 91,32878 92,92796
sept. 2020 91,63825 93,13552
sept. 2020 91,87918 93,31843
sept. 2020 92,10087 93,4656
oct, 2020 92,08254 93,50559
oct, 2020 92,03749 93,46618
oct, 2020 91,94111 93,46947
oct, 2020 91,8692 93,43729
oct, 2020 91,78681 93,3947
oct, 2020 91,67746 93,28775
oct, 2020 91,58837 93,25939
oct, 2020 91,75729 93,41095
oct, 2020 92,00956 93,65781
oct, 2020 92,30123 93,92471
oct, 2020 92,59228 94,24924
oct, 2020 92,83572 94,55008
oct, 2020 92,84411 94,79027
oct, 2020 92,80408 94,97241
oct, 2020 92,78039 95,08463
oct, 2020 92,58948 95,13386
oct, 2020 92,34122 95,10576
oct, 2020 92,13145 95,15386
oct, 2020 91,97777 95,18784
oct, 2020 92,20568 95,34203
oct, 2020 92,4402 95,50925
oct, 2020 92,49518 95,65946
oct, 2020 92,58558 95,7814
oct, 2020 92,67158 96,00014
oct, 2020 92,75575 96,0964
oct, 2020 92,73838 96,20275
oct, 2020 92,68151 96,28542
oct, 2020 92,67399 96,339
oct, 2020 92,83808 96,44083
oct, 2020 92,95496 96,55556
oct, 2020 93,03454 96,6125
nov, 2020 92,91391 96,68855
nov, 2020 92,77615 96,73683
nov, 2020 92,64317 96,80282
nov, 2020 92,51308 96,90069
nov, 2020 92,36206 96,94713
nov, 2020 92,26525 97,0573
nov, 2020 92,24842 97,17511
nov, 2020 92,45336 97,2982
nov, 2020 92,69787 97,43131
nov, 2020 92,86095 97,4532
nov, 2020 92,99224 97,46755
nov, 2020 93,12677 97,47464
nov, 2020 93,18807 97,38975
Graphique 2.16
Évolution du taux de participation à la population active, Canada et États-Unis
Graphique 2.16 : Évolution du taux de participation à la population active, Canada et États-Unis

Nota – Le dernier point de données correspond à octobre 2020.

Sources : Statistique Canada; U.S. Bureau of Labor Statistics

Version textuelle
Évolution du taux de participation à la population active, Canada et États-Unis (pour cent)
États-Unis Canada U.S. Feb 2020 level Canada Feb 2020 level
janv. 2020 63,4 65,4    
févr. 2020 63,4 65,5 63,4 65,5
mars 2020 62,7 63,5 63,4 65,5
avr. 2020 60,2 59,8 63,4 65,5
mai 2020 60,8 61,4 63,4 65,5
juin 2020 61,5 63,8 63,4 65,5
juil. 2020 61,4 64,3 63,4 65,5
août 2020 61,7 64,6 63,4 65,5
sept. 2020 61,4 65,0 63,4 65,5
oct. 2020 61,7 65,2 63,4 65,5

2.3.3 Le soutien du gouvernement a aidé à accroître le revenu disponible et l’épargne des ménages

Même si un grand nombre de Canadiens continuent d’être confrontés à des difficultés en raison du chômage ou d’une baisse de revenu, des éléments indiquent que dans l’ensemble, les transferts du gouvernement ont permis à un grand nombre de ménages canadiens d’éviter de s’endetter durant la première moitié de 2020. Ce facteur, auquel s’ajoutent des possibilités moindres de dépenses, a fait en sorte que de nombreuses personnes ont augmenté leurs épargnes, une caractéristique de cette récession qui est fort différente des autres (graphique 2.17). Ces épargnes ont contribué à alimenter une reprise rapide de la vente au détail et des dépenses de consommation. Appuyé par le fort niveau du soutien accordé, le bilan des ménages est maintenant en meilleur état qu’il ne l’aurait été normalement. Cela ne fait pas que soutenir la reprise des dépenses de consommation, mais les ménages sont ainsi en bonne position pour constituer l’un des principaux moteurs de la relance économique. Ces économies représentent une mesure de stimulus économique en réserve que les Canadiens seront en mesure de déployer lorsque le virus sera vaincu et que l’économie sera complètement rouverte. En outre, grâce au soutien important fourni par le gouvernement, les travailleurs canadiens vulnérables – un groupe dont l’épargne est habituellement limitée – qui se sont retrouvés au chômage en raison de la pandémie n’ont pas, dans l’ensemble, eu à s’endetter davantage pour se procurer les nécessités de la vie.

En général, l’épargne des ménages du Canada est celle qui a affiché la plus forte augmentation parmi les principales économies avancées au cours de la première moitié de 2020, ce qui témoigne d’un soutien au revenu direct important et ciblé (graphique 2.18). La libération de ces économies sera un élément clé du plan de relance du gouvernement.

Graphique 2.17
Changement au PIB réel et au revenu disponible réel durant les récessions
Graphique 2.17 : Changement au PIB réel et au revenu disponible réel durant les récessions

Nota – Le revenu disponible des ménages a été corrigé en fonction de l’indice des prix implicite pour les dépenses de consommation des ménages en biens et en services.

Sources : Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

Version textuelle
Changement au PIB réel et au revenu disponible réel durant les récessions
  1981-
1982
1990-
1991
2008-
2009
2020
PIB réel (%) -5,365917496 -3,39848603 -4,44723535 -13,37681063
Revenu disponible réel (%) -2,93079582 -2,1593861 0,973890919 12,59796716
Graphique 2.18
Changement au taux d’épargne brut des ménages, par pays, depuis le 4e trimestre de 2019
Graphique 2.18 : Changement au taux d’épargne brut des ménages, par pays, depuis le 4e trimestre de 2019

Source : Haver Analytics

Version textuelle
Changement au taux d’épargne brut des ménages, par pays, depuis le 4e trimestre de 2019 (point de pourcentage)
  Canada R.-U. E.-U. Australie Zone
euro
France Allemagne Italie
2020 T1 3,8 1,7 2,2 2,0 4,1 4,1 1,1 5,2
2020 T2 23,1 20,7 17,6 14,4 12,1 11,7 10,0 9,0

2.3.4 Les différents secteurs ont ressenti des répercussions différentes

L’activité économique a été inégale. Certains secteurs et certaines industries, comme le commerce de détail et de gros et les secteurs liés au logement, se retrouvent près des niveaux d’avant la pandémie ou les dépassent (figure 2.4), profitant du surplus de la demande dans les ménages ayant de bons revenus. D’autres secteurs de l’économie, comme la fabrication et les exportations, ont récupéré la majorité des pertes, mais ont atteint un plateau un peu inférieur aux niveaux d’avant la pandémie, ce qui découle en partie d’une faible demande mondiale. Les industries qui continuent de tirer de l’arrière sont celles qui demeurent durement touchées par les restrictions de santé publique et par une demande plus faible en raison des préoccupations liées à la COVID-19 et des changements de comportement connexes. Les services d’hébergement et de restauration, les arts et le divertissement, le tourisme et le transport en commun demeurent tous à des niveaux très inférieurs comparativement à ceux affichés avant la pandémie. Le gouvernement a mis en place des mesures pour aider à éviter les « cicatrices » dans ces secteurs.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

L’égalité des genres et la diversité au Canada

  • Participation à l’économie et la prospérité

La COVID-19 et les restrictions de santé publique connexes ont entraîné des pertes d’emplois importantes dans les industries qui représentent des secteurs essentiels pour les jeunes, les membres des minorités visibles et les immigrants. Plus particulièrement, les jeunes représentaient 41 % de l’emploi dans les services d’hébergement et de restauration en 2019, mais seulement 13 % de l’emploi global. En 2016, les minorités visibles représentaient 30 % des personnes rémunérées dans le secteur des services d’hébergement et de restauration, mais seulement 21 % des personnes rémunérées dans l’ensemble des industries. Les immigrants, surtout les immigrants très récents, étaient également surreprésentés dans cette industrie.

Figure 2.4
Tableau de bord des indicateurs macroéconomiques du Canada
Les indicateurs de niveau montrent la mesure dans laquelle chaque indicateur s’est rétabli ou non relativement à son sommet avant la récession.
Figure 2.4 : Tableau de bord des indicateurs macroéconomiques du Canada

Version textuelle
Tableau de bord des indicateurs macroéconomiques du Canada
Les valeurs montrent la mesure dans laquelle chaque indicateur s’est rétabli ou non relativement à son sommet d’avant la récession.
Les secteurs bénéficiant des revenus solides des ménages et de la demande refoulée dépassent leurs sommets d’avant la récession.
Commerce de détail (septembre) Commerce de gros (août) Ventes de logements (octobre)
Valeur actuelle 104 % 100 % 121 %
Creux 69 % 77 % 37 %
Les secteurs axés sur le commerce ont aussi rebondi, mais ils n’ont pas atteint leurs sommets d’avant la récession et leur croissance stagne
Livraisons des industries manufacturières (septembre) Exportations de marchandises (septembre) Exportations d’énergie (septembre)
Valeur actuelle 97 % 93 % 86 %
Creux 67 % 74 % 80 %
Les secteurs les plus directement exposés aux restrictions sanitaires demeurent bien en dessous des niveaux d’avant la pandémie
PIB (août) : Services d’hébergement et de restauration PIB (août) : Arts, spectacles et loisirs PIB (août) : Transport aérien et transport en commun terrestre
Valeur actuelle 72 % 53 % 29 %
Creux 36 % 38 % 16 %

2.4 Un soutien déterminant et dynamique pour les Canadiens

Les Canadiens et les entreprises canadiennes ont accès à une large gamme de mesures économiques pour les appuyer alors que nous respectons les directives des représentants de la santé publique.

Les mesures extraordinaires que le gouvernement du Canada a prises ont appuyé les salaires, protégé les emplois et maintenu les entreprises en activité. Le chemin menant à la relance demeure long et inégal. Les travailleurs de certains secteurs, particulièrement les secteurs qui emploient en majorité des femmes, des jeunes, des immigrants, des Canadiens racisés et des travailleurs à faible revenu, ont été le plus durement touchés.

2.4.1 Protéger les emplois

2.4.1.1 La Subvention salariale d’urgence du Canada

La Subvention salariale d’urgence du Canada s’est avérée essentielle pour certains des secteurs les plus durement touchés, en aidant à accélérer la reprise du marché du travail et à éviter les « cicatrices » économiques. En août, le quart des employeurs du secteur privé environ étaient couverts par le programme. Plus de 70 % des demandes au programme de la subvention salariale qui ont été approuvées ont été présentées par des employeurs qui ont 25 employés ou moins. Dans le secteur des services d’hébergement et de restauration, celui qui a subi la baisse d’emploi la plus marquée plus tôt cette année, plus de la moitié des travailleurs étaient couverts par la Subvention salariale d’urgence du Canada en août (graphique 2.19). Ce secteur a par ailleurs utilisé davantage le programme à mesure que l’économie a rouvert. Au mois d’août, l’emploi s’était rétabli dans de nombreux secteurs qui avaient été durement touchés lors de la première vague (graphique 2.20).

Graphique 2.19
Pourcentage des travailleurs du secteur privé couverts par la Subvention salariale d’urgence du Canada, par industrie, août 2020
Graphique 2.19 : Pourcentage des travailleurs du secteur privé couverts par la Subvention salariale d’urgence du Canada, par industrie, août 2020

Nota – Les travailleurs du secteur privé comprennent les travailleurs indépendants constitués en société. Pour le mois d’août, on compare les demandes de Subvention salariale d’urgence du Canada pour la période 6 (du 2 au 29 août) et les chiffres du mois d’août indiqués dans l’Enquête sur la population active.

Sources : Agence du revenu du Canada; calculs du ministère des Finances Canada

Version textuelle
Pourcentage des travailleurs du secteur privé couverts par la Subvention salariale d’urgence du Canada, par industrie, août 2020
  Per cent
Services d’hébergement et de restauration 60,46067
Entreprises, construction et autres services de soutien 41,57101
Services d’enseignement 41,07424
Arts, spectacles et loisirs 33,71771
Commerce de gros 33,26769
Fabrication 32,61975
Extraction minière, exploitation en carrière, et extraction de pétrole et de gaz 28,8307
Autres services 27,42123
Toutes les industries 26,31867
Services immobiliers et services de location et de location à bail 26,17603
Transportation & entreposage 25,21459
Construction 24,61823
Soins de santé et assistance sociale 18,39716
Services professionnels, scientifiques et techniques 17,22994
Agriculture, foresterie, pêche et chasse 14,60867
Commerce de détail 13,97514
Services publics 6,192166
Finance et assurance 3,350494
Graphique 2.20
Changement dans l’emploi, avril à août 2020
Graphique 2.20 : Changement dans l’emploi, avril à août 2020

Source: Statistics Canada.

Version textuelle
Changement dans l’emploi, avril à août 2020
  Milliers
Commerce de gros et de détail 458,4
Services d’hébergement et de restauration 355
Fabrication 219,1
Construction 194,9
Soins de santé et assistance sociale 176,4
Autres services 134,5
Services d’enseignement 127,2
Industrie de l'information et industrie culturelle 85
Services professionnels, scientifiques et techniques 55,4
Transport et entreposage 37,5
Entreprises, construction et autres services de soutien 32,6
Services immobiliers et services de location et de location à bail 22,2
Foresterie, pêche et chasse 10,4
Services publics 3,3
Administration publique 1,1
Agriculture -6,2

Autres résultats clés obtenus à ce jour

  • Complément salarial pour les travailleurs essentiels – Un transfert de 2,5 milliards de dollars aux provinces et aux territoires pour appuyer les augmentations de salaire des travailleurs essentiels à faible revenu.

2.4.2 Un soutien immédiat au revenu

2.4.2.1 La Prestation canadienne d’urgence

La Prestation canadienne d’urgence (PCU) a fait en sorte que les travailleurs mis à pied à cause de la COVID-19, y compris les nombreux travailleurs qui n’étaient pas admissibles à l’assurance-emploi, n’aient pas eu à choisir entre prendre les mesures adéquates pour freiner la propagation du virus et joindre les deux bouts. Ce soutien important a joué un rôle crucial pour aider le Canada à aplatir la courbe, car il a donné aux Canadiens les moyens de rester à la maison durant la première vague de la pandémie.

D’avril à septembre, la PCU a été une bouée de sauvetage cruciale pour près de neuf millions de Canadiens. Elle a accordé des versements de 500 $ par semaine, pendant une période maximale de 28 semaines, aux Canadiens admissibles afin qu’ils puissent payer leur épicerie, leur loyer et d’autres dépenses.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

L’égalité des genres et la diversité au Canada

  • Réduction de la pauvreté, santé et bien-être

La Prestation canadienne d’urgence (PCU) a été demandée par certains groupes de Canadiens plus que d’autres. Selon les données autodéclarées tirées d’un supplément à l’Enquête sur la population active, les femmes représentaient 54 % des bénéficiaires de la PCU, en septembre 2020, tandis que les hommes en représentaient 46 %. Les immigrants et les Canadiens racisés étaient également surreprésentés au sein des bénéficiaires de la PCU.

Figure 2.5
Participation à la PCU
Figure 2.5 : Participation à la PCU
Version textuelle
La figure illustre le nombre de demandes présentées dans le cadre de la Prestation canadienne d’urgence. Elle indique qu’il y a eu 8,9 millions de demandeurs uniques et que 81,6 milliards de dollars ont été versés aux bénéficiaires. Les données étaient actuelles au 4 octobre 2020.

2.4.2.2 Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants

Afin d’aider les étudiants de niveau postsecondaire de partout au Canada à mieux surmonter les répercussions économiques de la pandémie mondiale, la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants a fourni un soutien au revenu de 2,94 milliards de dollars à plus de 708 000 étudiants qui n’ont pas réussi à se trouver un emploi cet été. Ce soutien a permis aux étudiants qui n’avaient pas droit à la PCU d’avoir l’argent nécessaire pour payer le loyer, la nourriture et les produits de première nécessité, pendant un été où les emplois saisonniers se faisaient rares. Et surtout, il a permis de s’assurer qu’ils étaient bien placés pour payer leurs frais de scolarité et retourner aux études à l’automne.

Ce soutien a été annoncé dans le cadre d’une série de mesures d’aide aux étudiants. Un montant supplémentaire de 228 millions de dollars a permis d’aider 2 889 étudiants et boursiers postdoctoraux en prolongeant leurs bourses de recherche et a fourni un soutien du revenu à 15 901 chercheurs étudiants et employés de soutien à la recherche supplémentaires.

2.4.3 Soutien aux entreprises du Canada

Les mesures prises par le gouvernement du Canada ont aidé les entreprises à assumer leurs coûts fixes et à s’adapter aux conditions de la pandémie. Dans l’ensemble, le nombre d’entreprises poussées à la faillite demeure bien en deçà des niveaux vus avant la pandémie, ce qui limite les fermetures d’entreprise et indique que les mesures financières audacieuses aident à prévenir les dommages à long terme et les « cicatrices » économiques (graphiques 2.21 et 2.22).

Le gouvernement sait que la vitesse et l’amplitude de notre relance éventuelle seront directement liées à notre capacité de limiter les « cicatrices » économiques causées par la récession liée à la COVID-19. Pour que le petit restaurant familial ou le fabricant de taille moyenne reviennent en étant plus forts, ils doivent d’abord survivre à la pandémie. Les propriétaires doivent être capables de payer leur loyer. Ils doivent aussi garder en poste leur personnel expérimenté et compétent.

Pour que notre économie revienne en pleine force après que nous aurons maîtrisé le virus, nous devons être certains que nos entreprises ne ferment pas définitivement leurs portes.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

L’égalité des genres et la diversité au Canada

  • Leadership et participation à la démocratie

En août 2020, 29 % des entreprises ont déclaré que la demande insuffisante pour leurs biens et leurs services avait représenté un obstacle au cours des trois derniers mois. Les entreprises appartenant majoritairement à des Autochtones (44 %), à des immigrants au Canada (35 %), à des personnes handicapées (32 %) et à des minorités visibles (39 %) étaient considérablement plus susceptibles de mentionner cet obstacle. Un peu moins d’entreprises appartenant majoritairement à des femmes (26 %) et à des membres de la communauté LGBTQ2 (25 %) ont déclaré cela.

Graphique 2.21
Cas d’insolvabilité d’entreprises
Graphique 2.21 : Cas d’insolvabilité d’entreprises

Nota – Le dernier point de données correspond à septembre 2020.

Source : Bureau du surintendant des faillites Canada

Version textuelle
Cas d’insolvabilité d’entreprises
  janv. févr. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc.
2019 292 318 362 363 316 295 336 239 252 312 302 293
2020 308 324 251 164 193 250 218 178 232      
Graphique 2.22
Changement à l’égard des cas d’insolvabilité des entreprises, par secteur
Graphique 2.22 : Changement à l’égard des cas d’insolvabilité des entreprises, par secteur

Nota – Les données se limitent aux secteurs qui représentent au moins 1 % des cas d’insolvabilité (c.-à-d. que les secteurs de l’administration publique, des services publics et des services d’enseignement sont exclus). De mars à septembre 2019 par rapport à la même période en 2020.

Source : Bureau du surintendant des faillites Canada

Version textuelle
Changement à l’égard des cas d’insolvabilité des entreprises, par secteur
  Pour cent
Arts, spectacles et loisirs; 44,89796
Commerce de détail 15,15152
Agriculture, foresterie, pêche et chasse 12,5
Gestion d’entreprises 1,785714
Services immobiliers et services de location et de location à bail -20,6897
Services d’hébergement et de restauration -20,9836
Commerce de gros -30,3571
Fabrication -34,0206
Autres services -33,6283
Transport et entreposage -34,5133
Services administratifs, services de soutien,
services de gestion des déchets et services d’assainissement
-36,5385
Extraction minière, exploitation en carrière et
extraction de pétrole et de gaz
-40,7407
Soins de santé et assistance sociale -45,614
Services professionnels, scientifiques et techniques -52,7473
Construction -59,5745
Finance et assurances -58,9744
Industrie de l'information et industrie culturelle -63,0435

Les petites entreprises ont été durement touchées et ont travaillé fort pour rester solvables au cours de la première vague et maintenant, durant la deuxième vague. Elles ont accès à un large éventail de programmes comme la Subvention salariale d’urgence du Canada, mais elles ont également bénéficié de programmes ciblés, comme le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes et l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial, par l’entremise desquels plus de 2,0 milliards de dollars ont été versés à 140 000 petites entreprises et 1,2 million de travailleurs ont reçu un appui.

« Les petites entreprises, tout comme les grandes entreprises, créent de l’emploi, stimulent notre économie et renforcent nos communautés. Notre gouvernement continuera de faire tout ce qu’il peut pour les soutenir. »

Le très honorable Justin Trudeau, premier ministre du Canada,
le 9 octobre 2020
Figure 2.6
Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes
Figure 2.6 : Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes
Version textuelle

L’image montre le nombre d’entreprises approuvées pour les prêts au titre du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) et le financement approuvé en millions par province. Les statistiques régionales sur le CUEC renferment de plus amples renseignements à ce sujet, et se trouvent à l’adresse suivante : https://ceba-cuec.ca/fr/statistiques/.

2.4.3.1 Fonds d’appui aux entreprises communautaires autochtones

Les entreprises détenues et exploitées par des membres des Premières Nations, des Inuits et des Métis, à l’instar de tant d’autres entreprises au Canada, ont vu leurs revenus subir les répercussions de la COVID-19. Certaines de leurs entreprises ne sont toutefois pas admissibles aux programmes d’allègements existants mis en place pour répondre à la COVID-19. C’est pourquoi le gouvernement du Canada a lancé le Fonds d’appui aux entreprises communautaires autochtones, qui fournira 117 millions de dollars en contributions financières non remboursables pour aider à soutenir les coûts d’exploitation des entreprises de propriété communautaire ou collective des Premières Nations, des Inuits et des Métis, y compris les microentreprises, dont les revenus ont été touchés par la pandémie de COVID-19. Un montant supplémentaire de 16 millions de dollars a été accordé pour appuyer l’industrie touristique autochtone par l’intermédiaire du Fonds de relance COVID-19 visant les entreprises touristiques autochtones.

En avril, le gouvernement a annoncé un financement de 306,8 millions de dollars pour aider les petites et moyennes entreprises autochtones et pour soutenir les institutions financières autochtones qui offrent du financement à ces entreprises. Ce financement permettra de consentir des prêts à court terme sans intérêt et de verser des contributions non remboursables par l’entremise d’institutions financières autochtones, qui offrent des services de financement et de soutien aux entreprises des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Le soutien financier pour les entreprises autochtones est offert par l’intermédiaire des institutions financières autochtones, et administré par l’Association nationale des sociétés autochtones de financement et les sociétés métisses de financement, en partenariat avec Services aux Autochtones Canada.

Ensemble, ces programmes ont permis de soutenir des milliers d’entreprises autochtones.

2.4.3.2 Soutien aux entreprises des rues commerçantes

Afin de relever les défis causés par la pandémie, la Banque Royale du Canada, en partenariat avec des chambres de commerce et des partenaires du secteur privé, a lancé le Fonds d’aide à la petite entreprise Soutenons l’achat local. Le Fonds Soutenons l’achat local fournit des subventions maximales de 5 000 $ afin d’acheter de l’équipement de protection individuelle, de rénover des locaux physiques et de renforcer les capacités de commerce électronique, ce qui aide les petites entreprises à demeurer ouvertes tout en gardant les Canadiens en sécurité.

En octobre, le gouvernement a annoncé la somme de 12 millions de dollars pour le Fonds d’aide à la petite entreprise Soutenons l’achat local. Cette contribution s’inscrit dans un engagement de 46,5 millions de dollars qui vise à soutenir les entreprises des rues commerçantes par l’entremise d’initiatives d’achat local à l’échelle du pays. Le reste des fonds devrait appuyer les chambres de commerce provinciales et territoriales afin de leur permettre de collaborer avec les principaux intervenants de leurs communautés pour élaborer ou renforcer les campagnes de sensibilisation qui font la promotion des entreprises des rues commerçantes dans leurs communautés.

2.4.4 Aider les Canadiens vulnérables

Le gouvernement a agi rapidement afin de verser des paiements ponctuels spéciaux par l’intermédiaire de programmes en place.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

L’égalité des genres et la diversité au Canada

  • Réduction de la pauvreté, santé et bien-être

En 2016, environ 1 Canadien sur 4 (26 %) aurait été financièrement vulnérable à un confinement économique, ce qui signifie que sans transferts gouvernementaux ou prêts, ils n’auraient pas eu suffisamment d’actifs liquides ou d’autres sources de revenus privées pour éviter de se retrouver avec un faible revenu au cours d’un arrêt de travail de deux mois. En l’absence de transferts gouvernementaux, les mères de famille monoparentale, les immigrants récents, les membres des familles dirigées par un ou une Autochtone vivant en milieu urbain ou hors réserve, ainsi que les personnes vivant dans des familles où le soutien financier principal a un faible niveau d’éducation étaient très vulnérables sur le plan financier durant les arrêts de travail temporaires.

2.4.5 Appuyer les organismes communautaires axées sur les services

Alors que nous sommes dans une période où les dons sont en baisse, le besoin en soutien des organismes de bienfaisance et des organismes à but non lucratif a quant à lui augmenté. C’est pourquoi le gouvernement a investi massivement dans les refuges, les banques alimentaires et les organismes communautaires, afin de s’assurer que les Canadiens obtiennent l’aide dont ils ont besoin.

Cela comprend ce qui suit :

Voir le tableau sommaire du chapitre 2 pour la liste exhaustive de toutes les nouvelles mesures instaurées dans le cadre du plan d’intervention économique du gouvernement depuis le Portrait économique et budgétaire (juillet 2020).

Cadre des résultats relatifs aux sexes

L’égalité des genres et la diversité au Canada

  • Réduction de la pauvreté, santé et bien-être

Au début de mai, près de 1 Canadien sur 7 (15 %) a indiqué qu’il habitait dans un ménage qui avait vécu l’insécurité alimentaire au cours des 30 derniers jours. Les ménages avec des enfants avaient une probabilité plus élevée d’insécurité alimentaire (19 %) que les ménages sans enfant (12 %). Avant la pandémie, les ménages monoparentaux, en particulier ceux dirigés par des femmes, couraient un risque plus important de vivre l’insécurité alimentaire. Par exemple, en 2017-2018, 9 % des ménages ont souffert d’insécurité alimentaire, tandis que 25 % des ménages monoparentaux dirigés par une femme étaient confrontés à une insécurité alimentaire modérée à grave.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

L’égalité des genres et la diversité au Canada

  • Violence fondée sur le sexe et accès à la justice

Au début de la pandémie, les consultations fédérales entre le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres et les organismes de première ligne, les provinces et les territoires et les députés ont révélé une augmentation de 20 % à 30 % des taux de violence fondée sur le sexe et de violence familiale dans certaines régions du pays. Les abris sont essentiels pour protéger les survivants des actes de violence. Toutefois, même avant la pandémie, beaucoup d’abris fonctionnaient au maximum de leur capacité et devaient refuser des gens.

Voir le tableau sommaire du chapitre 2 pour la liste exhaustive de toutes les nouvelles mesures instaurées dans le cadre du plan d’intervention économique du gouvernement depuis le Portrait économique et budgétaire (juillet 2020).

2.5 Perturbations économiques continues

En pleine résurgence du virus, l’élan économique s’est ralenti considérablement. Compte tenu du renouvellement des restrictions partout au pays, les points de vue des consommateurs sur la conjoncture économique future restent sombres comparativement aux niveaux affichés avant la crise (graphiques 2.23 et 2.24).

Graphique 2.23
Indice de Bloomberg-Nanos sur les attentes, et ventes au détail
Graphique 2.23 : Indice de Bloomberg-Nanos sur les attentes, et ventes au détail

Nota – Le sous-indice des attentes de Nanos renvoie à des questions sur la valeur immobilière et les points de vue sur l’économie du sondage hebdomadaire de Bloomberg-Nanos. La moyenne à long terme est calculée de 2008 à 2020. Le dernier point de données pour l’indice Expectations correspond à la semaine se terminant le 20 novembre 2020. Le chiffre des ventes au détail d’octobre est une estimation anticipée.

Source : Bloomberg Nanos

Version textuelle
Indice de Bloomberg-Nanos sur les attentes, et ventes au détail
L'indice des attentes de
Nanos-Bloomberg
- indice de diffusion
févr. 2020 54,6987
févr. 2020 55,6125
févr. 2020 54,5553
févr. 2020 53,4829
mars 2020 52,1781
mars 2020 49,7603
mars 2020 43,959
mars 2020 36,5043
avr. 2020 30,4699
avr. 2020 25,3034
avr. 2020 23,5679
avr. 2020 24,1619
mai 2020 24,9036
mai 2020 25,9986
mai 2020 25,5664
mai 2020 25,4738
mai 2020 25,5972
juin 2020 28,118
juin 2020 32,1256
juin 2020 36,9294
juin 2020 37,8554
juil. 2020 38,5884
juil. 2020 38,8794
juil. 2020 39,7675
juil. 2020 42,7631
juil. 2020 45,0447
août 2020 46,5559
août 2020 48,4863
août 2020 49,5653
août 2020 49,3309
sept. 2020 48,9346
sept. 2020 48,8191
sept. 2020 49,3077
sept. 2020 49,1416
oct, 2020 48,8921
oct, 2020 47,9243
oct, 2020 46,8126
oct, 2020 46,6454
oct, 2020 47,1109
nov, 2020 46,7984
nov, 2020 47,4742
nov, 2020 48,8658
nov, 2020  
  Ventes au détail réelles, Indice : février 2020 = 100
2/1/2020 100
3/1/2020 91,4834
4/1/2020 69,28186
5/1/2020 83,39059
6/1/2020 101,1556
7/1/2020 101,9926
8/1/2020 102,5923
9/1/2020 103,7479
10/1/2020 103,7479
11/1/2020  
Graphique 2.24
Croissance mensuelle du PIB réel
Graphique 2.24 : Croissance mensuelle du PIB réel

Nota – Le dernier point de données correspond à septembre 2020, et représente une estimation anticipée de Statistique Canada.

Source : Statistique Canada

Version textuelle
Croissance mensuelle du PIB réel Indice : février 2020 = 100
Indice : février 2020 = 100
févr. 2020 100,0
mars 2020 92,7
avr. 2020 81,9
mai 2020 85,9
juin 2020 91,5
juil. 2020 94,3
août 2020 95,4
sept. 2020 96,1

À l’extérieur du Canada, une résurgence soudaine des cas de COVID-19 se produit également dans plusieurs grandes économies internationales, particulièrement plusieurs pays européens où il y a maintenant divers niveaux de restrictions liées au confinement. Le nombre de cas explose également partout aux États-Unis. L’incertitude relativement à la gravité et à la durée de ces résurgences, et leurs effets économiques, pèse sur la confiance des entreprises, imposant une pression à la baisse sur les investissements des entreprises (graphique 2.25).

Graphique 2.25
Indicateur de l’Enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada et variation d’une année à l’autre de l’investissement non résidentiel des entreprises
Graphique 2.25 : Indicateur de l’Enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada et variation d’une année à l’autre de l’investissement non résidentiel des entreprises

Nota – Le dernier point de données correspond au 2e trimestre de 2020 pour l’investissement des entreprises et au 3e trimestre de 2020 pour la confiance des entreprises.

Sources : Enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada; Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

Version textuelle
Indicateur de l’Enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada et variation d’une année à l’autre de l’investissement non résidentiel des entreprises
Indicateur de la confiance des entreprises (unité normalisées) Investissement non résidentiel des entreprises (%, une année sur l'autre)
2008
T1
-0,34 6,615075
2008
T2
1,05 6,191958
2008T3 -1,21 5,290007
2008T4 -8,13 -1,85694
2009T1 -7,74 -19,2301
2009T2 -5,2 -22,6219
2009T3 -3,3 -21,7296
2009T4 -1,61 -15,3153
2010
T1
-0,42 4,672183
2010
T2
0,95 14,20258
2010T3 1,34 17,1338
2010T4 1,45 18,70959
2011
T1
1,57 14,90922
2011T2 3,02 13,06452
2011T3 0,5 10,22828
2011T4 0,72 8,419328
2012
T1
1,8 8,540227
2012
T2
1,47 7,320482
2012T3 -0,03 6,862398
2012T4 -0,56 6,066754
2013T1 -1,44 5,772861
2013T2 -0,47 4,411519
2013T3 0,14 4,680746
2013T4 0,37 4,240552
2014
T1
1,64 3,604648
2014
T2
0,01 3,669188
2014T3 1,19 4,184073
2014T4 -0,89 5,078648
2015
T1
-1,25 -4,80215
2015T2 -1,47 -9,54578
2015T3 -1,58 -13,6874
2015T4 -3,33 -17,1399
2016
T1
-1,87 -14,1666
2016
T2
-2,23 -11,3061
2016T3 -1,09 -7,38035
2016T4 0,78 -9,66796
2017T1 0,58 -0,89467
2017T2 2,84 2,200074
2017T3 0,99 3,0427
2017T4 2,18 10,52499
2018
T1
1,77 6,951228
2018
T2
3,08 4,756322
2018T3 2,79 -0,37705
2018T4 1,94 -3,85837
2019
T1
-0,92 -1,30991
2019T2 0,09 -2,69508
2019T3 0,66 1,384147
2019T4 0,87 1,095464
2020
T1
-0,47 -2,76743
2020
T2
-6,87 -18,0964
2020T3 -2,21  

2.5.1 L’évolution du comportement des consommateurs porte les entreprises en ligne

La pandémie a entraîné des changements importants dans ce que les Canadiens achètent, en raison des fermetures et de la capacité réduite dans certains secteurs, ainsi qu’une augmentation accrue générale de l’éloignement physique par les Canadiens. Les données sur les paiements par carte de débit en témoignent : les Canadiens continuent de dépenser moins d’argent pour se procurer des biens et des services là où l’éloignement physique est difficile, comme les spectacles en direct et les voyages, tandis qu’ils dépensent plus pour se procurer d’autres produits au détail, comme l’épicerie et le mobilier (graphique 2.26). Les dépenses liées au travail ont également chuté, notamment les dépenses liées au transport et au carburant, étant donné que plus de personnes travaillent à domicile.

Les Canadiens magasinent de plus en plus en ligne : les ventes en ligne avaient plus que doublé au sommet de la pandémie le printemps dernier (graphique 2.27). Une partie de cette augmentation du commerce électronique sera probablement maintenue après la crise, car les Canadiens ont pris l’habitude du commerce électronique et les entreprises ont investi dans leurs capacités en ligne.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

L’égalité des genres et la diversité au Canada

  • Leadership et participation à la démocratie

Selon l’Enquête canadienne sur la situation des entreprises, les entreprises appartenant majoritairement à des femmes (14 %), à des Autochtones (14 %), à des immigrants (17 %) et à des minorités visibles (15 %) étaient plus susceptibles que l’ensemble des entreprises (12 %) de déclarer qu’elles adopteraient probablement en permanence une capacité de vente en ligne accrue, alors que les entreprises appartenant majoritairement à des personnes handicapées (7 %) ou à des membres de la communauté LGBTQ2 (10 %) étaient moins susceptibles de déclarer une forte probabilité d’adoption permanente.

Graphique 2.26
Données sur les paiements par Interac
Graphique 2.26 : Données sur les paiements par Interac

Nota – Valeur totale des opérations par carte de débit effectuées par Interac (moyenne mobile sur 14 jours). Le réseau de débit Interac est utilisé pour la majorité des opérations par carte de débit au point de vente au Canada. Les opérations par carte de débit effectuées par Interac se distinguent des transferts électroniques, des retraits en espèces des guichets automatiques bancaires et d’autres produits Interac. Le dernier point de données correspond au 1er novembre 2020.

Source : Interac Corp.

Version textuelle

Le graphique montre la croissance hebdomadaire des dépenses par carte de débit d’une année sur l’autre dans quelques segments de marché : voyages, divertissement, restaurants, commerce de détail, alimentation et pharmacie, ainsi que les services et matériaux de construction. La croissance des dépenses dans ces segments diverge passablement. Depuis le printemps, les dépenses en voyages sont demeurées bien en deçà des niveaux enregistrés avant la pandémie, tandis que les dépenses dans les restaurants et les divertissements avaient lentement remonté au cours de l’été, avant de baisser davantage au cours des dernières semaines. En revanche, les dépenses des commerçants classés dans la catégorie du détail et des matériaux de construction ont brusquement chuté en avril, avant de rebondir rapidement et de revenir à des niveaux bien supérieurs à leurs moyennes d’avant la pandémie. Les dépenses dans les magasins d’alimentation et les pharmacies ont augmenté pendant les confinements et ont depuis maintenu une forte croissance légèrement supérieure à la moyenne enregistrée avant la pandémie.

Graphique 2.27
Ventes de détail en ligne
Graphique 2.27 : Ventes de détail en ligne

Source : Statistique Canada

Version textuelle
Ventes de détail en ligne
  Niveau (M$) Croissance annuelle, %, une année sur l'autre
févr. 2020 1602,171 23,41404459
mars 2020 2200,433 42,29096397
avr. 2020 3628,807 123,5848679
mai 2020 3913,562 116,4543639
juin 2020 3412,877 80,26066642
juil. 2020 2886,229 66,15588054
août 2020 2909,387 64,28508508
sept. 2020 3193,807 74,30570943

2.5.2 Les travailleurs subissent des répercussions inégales

Même si le taux de participation à la population active du Canada fait état d’une reprise solide, les gains en matière d’emploi demeurent inégaux : des secteurs comme l’hébergement, la restauration, le transport et la vente au détail sont confrontés aux répercussions de la deuxième vague et demeurent à des niveaux inférieurs à ceux affichés avant la pandémie.Les femmes, les Canadiens racisés, les travailleurs à faible revenu et les jeunes continuent de subir les répercussions de façon disproportionnée.

Le rythme des gains a ralenti. Le rythme mensuel de la croissance du PIB a ralenti en septembre, et le nombre de Canadiens ayant définitivement perdu leur emploi augmente (graphique 2.28). L’activité économique et l’emploi au Canada demeurent bien en deçà des niveaux enregistrés avant la pandémie. En particulier, la proportion de Canadiens sur le marché du travail demeure inférieure d’environ 2,5 points de pourcentage à celle enregistrée en février. En date du mois d’octobre, on enregistre encore 636 000 pertes d’emploi nettes. Qui plus est, environ 433 000 autres Canadiens ont travaillé moins de la moitié de leurs heures habituelles en octobre par rapport au mois de février, et 90 % d’entre eux n’ont travaillé aucune heure pendant la semaine de référence de l’enquête, et ce, même s’ils étaient techniquement employés. L’emploi chez les Canadiens à faible revenu a diminué de façon plus marquée par rapport à celui des particuliers à revenu moyen ou élevé.

Graphique 2.28
Pertes d’emplois depuis le mois de février
Graphique 2.28 : Pertes d’emplois depuis le mois de février

Nota – Les mises à pied temporaires et les mises à pied permanentes incluent toutes les deux les particuliers dont la situation d’activité est le chômage.

Sources : Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

Version textuelle
Pertes d’emplois depuis le mois de février (changement en pourcentage par rapport au pic (février 2020)
Mise à pied temporaire Mise à pied permanente Sorties de la population active
févr. 2020 0 0 0
mars 2020 -1,823756984 -0,23519489 -3,208018433
avr. 2020 -5,602701707 -0,945083156 -9,109296651
mai 2020 -5,511197442 -1,990252829 -6,646464724
juin 2020 -3,635761452 -2,801996608 -2,744394587
juil. 2020 -1,698060035 -3,24359125 -2,059609828
août 2020 -0,594039373 -3,54023922 -1,586067015
sept. 2020 -1,076587394 -1,778514204 -0,894364253
oct, 2020 -0,755577718 -1,881801635 -0,676429312

2.5.3 Les données démographiques sur le chômage sont différentes de celles des récessions antérieures

Lorsque l’on compare la situation actuelle aux récessions précédentes, le Canada compte davantage de femmes, de jeunes Canadiens et d’immigrants récents qui sont sans emploi. Cela s’explique en partie par le fait que les secteurs les plus touchés sont plus susceptibles d’embaucher des Canadiens qui appartiennent à ces groupes. Plus la période de ralentissement causé par la COVID-19 est longue dans ces secteurs, plus l’attache de leurs travailleurs à la population active est ténue, ce qui fait que ces personnes ont plus du mal à se trouver un nouvel emploi.

Graphique 2.29
Changement au taux de participation à la population active, de février à octobre 2020
Graphique 2.29 : Changement au taux de participation à la population active, de février à octobre 2020

Source : Statistique Canada

Version textuelle
Changement au taux de participation à la population active, de février à octobre 2020 (point de pourcentage)
  De 15 à 24 ans De 25 à 54 ans 55 ans ou plus
Hommes -0,4 0,5 -0,4
Femmes -0,5 0,3 -1,2
Graphique 2.30
Taux de chômage par groupe de minorités visibles, octobre 2020
Graphique 2.30 : Taux de chômage par groupe de minorités visibles, octobre 2020

Nota – L’astérisque (*) indique que l’estimation devrait être utilisée avec prudence, car le coefficient de variation est supérieur à 16,5 %.

Source : Statistique Canada

Version textuelle
Taux de chômage par groupe de minorités visibles, octobre 2020
  Pour cent
Sud-Asiatiques 13,8
Arabes* 13,7
Noirs 12,5
Asiatiques du Sud-Est* 12,5
Chinois 10,1
Latino-Américains* 10,5
Philippins 8,8
Pas Autochtone ou une minorité visible 6,7

Les femmes en particulier ont été touchées plus durement et leur situation s’est redressée plus tard. Certaines femmes, dont celles à faible revenu, les femmes racisées et les femmes autochtones, ont encore davantage ressenti ces effets.

En mars, l’emploi des femmes était en baisse de 7 % et celui des hommes, de 4 %. En avril, quand la pandémie s’est aggravée, les pertes d’emploi se sont amplifiées et ont atteint 17 % pour les femmes et 15 % pour les hommes. Au début de la réouverture au printemps, les hommes et les femmes ont tous les deux réalisé des gains au chapitre de l’emploi, mais les hommes sont rapprochés davantage de leur niveau d’avant la pandémie, avec des pertes de 8 %, par rapport à la perte de 11 % chez les femmes. Ce n’est qu’en septembre que l’écart s’est notablement réduit : les pertes d’emploi s’établissaient à environ 4 % par rapport aux niveaux antérieurs à la pandémie pour les hommes et les femmes. Les répercussions accrues sur les femmes se sont aussi étendues aux pertes de gains et à la diminution du nombre d’heures travaillées.

Les jeunes ont subi certaines des pertes d’emploi et des réductions d’heures de travail parmi les plus importantes, ce qui pourrait avoir une incidence à long terme sur leur potentiel de rémunération. Au creux de la récession en avril, l’emploi des jeunes a diminué de plus du tiers par rapport à février. De plus, un jeune sur quatre a perdu la totalité ou la majorité des heures qu’il travaillait habituellement. En outre, le taux de chômage pour les jeunes âgés de 15 à 24 ans qui sont des membres de minorités visibles (26 % en octobre 2020) demeure plus élevé que celui de leurs homologues (15 %).

Même si les répercussions sur la population active chez les Autochtones et les Canadiens non autochtones étaient semblables au début de la pandémie, la reprise a été plus lente chez les Autochtones, le taux d’emploi en octobre demeurant inférieur de plus de 4 % au niveau de février, comparativement à seulement 1,5 % pour les Canadiens non autochtones.

Les femmes dont le salaire est bas ont connu des pertes d’emplois plus importantes entre le mois de février et le mois d’avril que les hommes dont le salaire est bas (41 % par rapport à 34 %). Pour les jeunes femmes, l’emploi en octobre avait diminué de 11 % par rapport aux niveaux de février 2020, comparativement à 9 % pour les jeunes hommes, à 4 % pour l’ensemble des femmes et à 3 % pour l’ensemble des hommes.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

L’égalité des genres et la diversité au Canada

  • Participation à l’économie et la prospérité

Les répercussions plus importantes de la COVID-19 sur les femmes dans le marché du travail sont attribuables à bon nombre de facteurs. Toutefois, la fermeture des garderies et des écoles au début de la pandémie a représenté un obstacle important à la participation économique des femmes, étant donné que cela a augmenté la quantité de travail non rémunéré à la maison, qui est effectué de manière disproportionnée par les femmes. Cette situation a probablement eu une incidence importante sur le rendement des travailleuses qui font du télétravail ainsi que sur la capacité des femmes au chômage de retourner au travail ou de trouver du travail. La reprise plus lente des heures travaillées chez les mères est un élément de preuve de l’incidence de la fermeture des garderies. À titre d’exemple, en octobre, les heures travaillées des pères ayant des enfants âgés de moins de 6 ans étaient presque revenues à leurs niveaux d’avant la pandémie, tandis que les heures travaillées des femmes ayant des enfants du même groupe d’âge accusaient encore un retard de six points de pourcentage.

Graphique 2.31
Changement aux heures travaillées pour les mères et les pères dont l’enfant le plus jeune est âgé de 0 à 5 ans, de février 2020 à octobre 2020
Graphique 2.31 : Changement aux heures travaillées pour les mères et les pères dont l’enfant le plus jeune est âgé de 0 à 5 ans, de février 2020 à octobre 2020

Source : Statistique Canada

Version textuelle

Le graphique montre le total mensuel des heures de travail réelles des mères et des pères ayant un enfant de moins de six ans, indexé à février 2020. Les heures travaillées pour les deux groupes ont suivi une reprise en forme de V, qui a atteint son creux en avril et qui se rétablit progressivement depuis. Toutefois, le rythme de la reprise a été plus rapide chez les pères de jeunes enfants, alors que le nombre total d’heures travaillées est revenu presque aux niveaux d’avant la pandémie de la COVID en février. En revanche, il existe encore un écart important chez les mères de jeunes enfants, dont les heures travaillées demeurent 6 % inférieures aux niveaux enregistrés avant la pandémie.

Alors que nous faisons face à cette crise, alors que nous nous apprêtons à rebâtir, nous continuerons à être là pour vous.

Le très honorable Justin Trudeau, premier ministre du Canada,
le 23 septembre 2020
Chapitre 2
Soutenir les Canadiens au cours de la pandémie
M$
    Incidence budgétaire nette (comptabilité d’exercice)
Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 – Mesures de soutien direct Valeur de l’incidence1 2019-
2020  
2020-
2021  
2021-
2022  
2022-
2023  
2023-
2024
2024-
2025  
2025-
2026  
Comprise ou annoncée :
2.1.1 Subvention salariale d’urgence du Canada 83 540 - 83 540 16 185 - - - -  
Subvention salariale d’urgence du Canada – Estimation du 15 mars au 19 décembre                  
Coût estimé dans le Portrait de 2020
82 300 - 82 300 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Estimation révisée en octobre
68 750 - 68 750 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Écart
-13 550 - -13 550 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Prolongation de la Subvention salariale d’urgence du Canada 14 790 - 14 790 - - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Estimation provisoire pour la Subvention salariale d’urgence du Canada et la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer d’urgence d’avril à juin 2021 16 225 - - 16 225 - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
2.1.2 Améliorations apportées à l’assurance-emploi 9 506 - 3 129 6 376 709 -1 -1 -1  
Changements temporaires à l’assurance-emploi pour en améliorer l’accès 9 501 - 3 124 6 377 710 - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Montant compris dans le Portrait de 2020 5 - 5 -1 -1 -1 -1 -1 Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
2.1.3 Prestations canadiennes de la relance économique 23 007 - 12 672 10 335 - - - -  
Prestation canadienne de la relance économique 9 725 - 6 295 3 430 - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Prestation canadienne de maladie pour la relance économique 4 960 - 2 580 2 380 - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Moins : Montant prévu pour les congés de maladie dans l’Accord sur la relance sécuritaire -1 100 - -1 100 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Prestation canadienne de relance économique pour les proches aidants 9 422 - 4 897 4 525 - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
2.1.4 et 2.1.5 Subvention d’urgence du Canada pour le loyer et mesure de soutien en cas de confinement 4 360 - 4 360 - - - - -  
Subvention d’urgence du Canada pour le loyer 2 180 - 2 180 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Prolongation de la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer et de la mesure de soutien en cas de confinement 2 180 - 2 180 - - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
2.1.6 Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes 13 750 - 14 558 - - - - -  
Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes – incitatif (Portrait de 2020)                  
Coût estimé dans le Portrait de 2020
13 750 - 13 455 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Coût réestimé dans le présent Énoncé
7 279 - 7 279 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Écart
-6 471 - -6 176 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Investissements supplémentaires depuis le Portrait de 2020
7 279 - 7 279 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
2.1.8 Fonds d’aide et de relance régionale 2 065 0 1 374 88 0 0 0 0  
Investissements compris dans le Portrait de 2020 962 0 747 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Investissements supplémentaires depuis le Portrait de 2020 600 - 459 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Investissements supplémentaires dans le présent Énoncé 500 - 165 88 - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Soutien au développement économique dans le Nord 3 - 3 - - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
2.1.10 Soutien aux travailleurs des secteurs des événements en direct et des arts 322 0 140 186 4 0 0 0  
Soutien auxtravailleurs des secteurs des événements en direct et des arts 182   - 182 - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Appuyer le système de radiodiffusion du Canada                  
Investissements compris dans le Portrait de 2020
30 - 30 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Investissements supplémentaires depuis le Portrait de 2020
5 - 5 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Investissements dans le présent Énoncé 50   50 - - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Soutien à l’Office national du film 5 - 5 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Soutien pour l’industrie audiovisuelle 50 - 50 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
2.1.11 Secteur aérien 1 028 - 388 540 227 96 64 1  
Initiative du transport aérien régional 206   50 156 - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Programme aide aux immobilisations aéroportuaires 93 - - 93 93 - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Soutien pour les infrastructures essentielles des grands aéroports 205 - 0 205 133 95 64 1 Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Allègement du loyer des aéroports 227 - 7 21 1 1 - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Soutien pour le secteur du transport aérien 65 - - 65 - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Soutien pour le secteur du transport aérien (Portrait de 2020) 331 - 331 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
2.1.12 Soutien aux entreprises innovatrices 535 -3 413 97 97 10 10 10  
Fonds stratégique pour l’innovation 110 - - 97 97 10 10 10 Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Extension ciblée du Programme d’aide à l’innovation 155 - 155 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Soutien aux entreprises en démarrage (Portrait de 2020) 250 - 250 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien aux jeunes entrepreneurs (Portrait de 2020) 20 -3 8 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
2.4.1 Protéger les emplois 5 505 - 5 505 - - - - -  
Subvention salariale temporaire de 10 %                
Coût estimé dans le Portrait de 2020
2 080 - 2 080 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Coût réestimé dans le présent Énoncé
2 505 - 2 505 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Écart
425 - 425 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Complément salarial pour les travailleurs essentiels                  
Coût estimé dans le Portrait de 2020
3 000 - 3 000 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
2.4.2.1 Prestation canadienne d’urgence 83,033 6,505 76,528 - - - - -  
Coût estimé dans le Portrait de 2020
80,000 7,375 72,625 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Coût réestimé dans le présent Énoncé
74,560 6,505 68,055 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Écart
-5,440 -870 -4,570 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Financement supplémentaire depuis le Portrait de 2020
8,000 - 8,000 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Frais d’administration
473 - 473 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
2.4.2.1 Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants 3,010 - 3,010 - - - - -  
Coût estimé compris dans le Portrait de 2020
5 250 - 5 250 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Coût réestimé dans le présent Énoncé
3 010 - 3 010 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Écart
-2 240 - -2 240 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Frais d’administration (inclus dans l’estimation initiale) 40 - 20 20 7 5 4 - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
2.4.3 Soutien aux entreprises canadiennes 7 271 - 6 212 600 279 109 91 53  
Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC) destinée aux petites entreprises 1 654 - 1 654 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Coût estimé dans le Portrait de 2020 2 974 - 2 974 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Moins : Contribution provinciale estimative dans le Portrait de 2020 -569 - -569 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Coût réestimé dans le présent Énoncé 2 161 - 2161 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Moins : Nouvelle estimation de la contribution provinciale dans le présent Énoncé -507 - -507 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Écart -751 - -751 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Soutien aux entreprises et aux économies autochtones locales (Portrait de 2020) 133 - 133 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Allègement financier pour les Premières Nations par l’intermédiaire de l’Autorité financière des Premières Nations (Portrait de 2020) 17 - 17 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien aux entreprises autochtones et aux institutions financières autochtones (Portrait de 2020) 307 - 217 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien aux entreprises des rues commerçantes 47 - 46 1 - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Autres mesures du Portrait de 2020                  
Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat – supplément pour l’écosystème 16 - 16 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Fonds de soutien d’urgence pour Granville Island 17 - 17 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Campagne publicitaire : Plan d’intervention du gouvernement du Canada pour répondre à la COVID-19 10 - 10 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Communications et marketing liés à la COVID-19 50 - 50 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien à la rémunération pour le personnel des fonds non publics, Forces canadiennes 6 - 6 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien pour les services d’inspection des aliments 20 - 20 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien aux organismes chargés de la culture, du patrimoine et du sport 500 - 500 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien aux musées nationaux du Canada 26 - 26 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien au Centre national des Arts du Canada 18 - 18 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Nettoyage des anciens puits pétroliers et gaziers 1 720 - 1 520 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Fonds de réduction des émissions pour le secteur pétrolier et gazier 750 - 182 182 - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien pour les agriculteurs, les entreprises agroalimentaires et la chaîne d’alimentation 453 - 253 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien aux transformateurs de poisson et de fruits de mer 63 - 63 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien aux pêcheurs du Canada 469 - 469 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien pour milieu de la recherche universitaire du Canada 450 - 450 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien à la Société des ponts fédéraux Limitée 3 - 3 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Autre soutien aux entreprises depuis le Portrait de 2020                  
Soutien aux travailleurs du secteur de l’énergie extracôtière de Terre-Neuve-et-Labrador 320 - 320 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Assurer l’accès aux centres d’appels de l’Agence du revenu du Canada 99 - 99 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Financement de l’Agence du revenu du Canada pour les mesures économiques liées à la COVID-19 124 - 124 417 279 109 91 53 Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
2.4.4 Aider les Canadiens vulnérables 15 665 108 14,894 631 -30 -30 -30 -30  
Crédit pour la TPS bonifié (Portrait de 2020) 5 515 - 5515 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Allocation canadienne pour enfants bonifiée (Portrait de 2020) 1 997 - 1 997 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Paiement unique versé aux aînés admissibles aux prestations de la Sécurité de la vieillesse et au Supplément de revenu garanti                  
Coût estimé dans le Portrait de 2020
2 509 - 2 509 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Coût réestimé dans le présent Énoncé
2 456 - 2 456 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Écart
-54 - -54 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Soutien aux personnes handicapées                  
Coût estimé dans le Portrait de 2020
573 - 572 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Financement supplémentaire depuis le Portrait de 2020
303 - 291 11 - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Fonds d’urgence pour les vétérans 0,6 - 0,6 - - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Autres mesures du Portrait de 2020 pour appuyer les Canadiens vulnérables                  
Soutien aux sans-abri (par l’entremise de Vers un chez-soi)
158 - 158 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Élargir le programme fédéral actuel visant l’emploi, le développement et la jeunesse
1 008 -17 1 024 6 - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Moratoire sur les prêts d’études canadiens
190 - 180 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Bonification de l’aide financière aux étudiants pour l’automne 2020
1 930 - 1 287 644 - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant (à remplacer par un programme futur)
900 - 900 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien pour le Programme d’aide au revenu dans les réserves
270 - 270 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien aux enfants et aux jeunes
8 - 8 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Élargissement du programme Nouveaux Horizons pour les aînés
20 - 20 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Réduction du montant minimal des retraits des fonds enregistrés de revenu de retraite (FERR)
495 125 365 -30 -30 -30 -30 -30 Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
2.4.5 Appuyer les organisations communautaires axées sur les services 699 1 650 25 19 24 18 0  
Soutien aux organismes de vétérans 20 - 20 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Fonds d’urgence pour l’appui communautaire (Portrait de 2020) 350 - 350 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien aux banques alimentaires et aux organisations alimentaires locales (25 millions de dollars de financement existant en 2019-2020) (Portrait de 2020) 100 - 75 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Soutien aux banques alimentaires et aux organisations alimentaires locales 100 - 100 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Lutter contre la violence fondée sur le sexe pendant la COVID-19 50 - 50 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Soutien aux refuges pour femmes et aux centres d’aide aux victimes d’agression sexuelle, y compris les installations dans les collectivités autochtones (Portrait de 2020) 50 - 50 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Protéger et soutenir les femmes et les filles autochtones fuyant la violence (Portrait de 2020)2 29 1 5 25 19 24 18 - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Autres mesures de soutien direct 3,363 - 2,930 424 121 87 57 16  
Soutien aux efforts de formation à l’emploi des provinces et des territoires dans le cadre de la reprise économique liée à la COVID-19 (chapitre 3) 1 500 - 1 500 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Remboursement selon l’étude d’impact sur le marché du travail (Portrait de 2020) 4 - 4 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Initiative pour la création rapide de logements (voir le chapitre 3) 1 016   758 258 0 0 0 0 Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Soutien à la sécurité des opérations dans le secteur forestier (chapitre 3) 31 - 31 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Soutien aux entrepreneurs et aux propriétaires d’entreprises noirs (chapitre 3) 40 0 10 30 34 19 0 34 Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Appuyer les mesures de santé publique dans les établissements correctionnels 172 - 148 15 - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Financement pour répondre aux pressions opérationnelles immédiates du Service correctionnel du Canada en raison de la pandémie de COVID-19.
Remplacement du revenu et allègement des loyers de Parcs Canada (Portrait de 2020) 74 - 74 - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Remplacement des revenus de Parcs Canada 54 - 54 - - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Financement pour remplacer le revenu de l’Agence Parcs Canada qui devrait être perdu en raison de la baisse des visites aux parcs nationaux, aux aires marines nationales de conservation et aux lieux historiques nationaux en raison des restrictions liées à la COVID-19.
Soutien pour la Commission de la capitale nationale 5 - 5 - -       Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Financement pour la Commission de la capitale nationale (CCN) afin de compenser les baisses de revenus causées par la prolongation de l’allègement pour le loyer aux entreprises locales en raison des restrictions liées à la pandémie de COVID-19.
Intégrité des programmes de Services publics et Approvisionnement Canada 25 - 25 - - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Financement visant à permettre à Services publics et Approvisionnement Canada de continuer la prestation de services aux ministères et organismes fédéraux malgré la baisse de revenu liée à la COVID-19 et d’appuyer la sécurité des employés durant la pandémie.
Appuyer la prestation continue des principales prestations 31 - 26 4 - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Financement à Emploi et Développement social Canada pour appuyer la prestation de services de première ligne, notamment par la réouverture sécuritaire des centres de Service Canada en personne. Le financement appuiera les prestations de la Sécurité de la vieillesse, du Régime de pensions du Canada et de l’assurance-emploi, y compris les prestations de travail partagé.
Améliorer notre capacité d’atteindre tous les Canadiens 32 - 16 16 16 16 16 16 Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Financement accordé à Emploi et Développement social Canada (EDSC) pour aider à faire face aux pressions liées à la charge de travail en raison de la COVID-19 et fournir un financement durable pour 1-800 O-Canada et Canada.ca, et aider à réduire les obstacles à l’accès aux services et aux avantages gouvernementaux dans les collectivités isolées et du Nord
Maintenir la capacité des services juridiques du gouvernement fédéral 46 - 46 - - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Financement accordé à Justice Canada pour compenser une perte de revenus liée au manque de frais de services juridiques imposés à d’autres ministères, en raison de la réduction des opérations judiciaires en 2020-2021.
Soutien aux opérations judiciaires et accès à la justice 48 - 46 1 1 1 - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Financement accordé pour appuyer les activités des tribunaux fédéraux afin d’améliorer leur capacité technologique et leur permettre de s’adapter aux besoins de distanciation physique. Le financement augmentera également l’aide juridique du gouvernement fédéral aux provinces et aux territoires.
Soutien à l’intégrité des paiements de la Prestation canadienne d’urgence liés à la COVID-19. 98 - - 98 70 51 41 - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Financement accordé à Emploi et Développement social Canada et à l’Agence du revenu du Canada afin d’accroître la capacité de détecter, d’enquêter et de traiter les cas de fraude ou de fausse déclaration liés à la Prestation canadienne d’urgence.
Financement pour VIA Rail Canada Inc. 188 - 188 - - - - - Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Financement pour VIA Rail Canada Inc. afin de compenser les déficits d’exploitation en 2020-2021 découlant de la pandémie de COVID-19.
Total –                  
Mesures stratégiques figurant dans le Portrait économique et budgétaire 2020
211,431 7,481 201,671 826 -11 -7 -13 -31 Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Incidence des coûts réestimés
-28,081 -870 -26,916 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Mesures stratégiques prises depuis le Portrait économique et budgétaire 2020
54,905 - 37,751 17,429 1,023 128 91 53 Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Moins : Montants prévus dans le Portrait de 2020 pour les décisions anticipées
-3,994 - -3,432 -562 -301 -53 -56 -52 Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Nouveaux investissements au chapitre 2 – Soutenir les Canadiens au cours de la pandémie 35,536 - 17,799 17,267 411 174 132 27 Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Total – Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 – Mesures de soutien direct 269,797 6,611 226,873 34,960 1,121 242 154 -2  
Chapitre 2
Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19 – Soutien fiscal et à la liquidité
M$ 
    Incidence budgétaire nette (comptabilité d’exercice)
Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19 – Soutien fiscal et à la liquidité Valeur
de l’incidence1
2019-
2020
2020-
2021
2021-
2022
2022-
2023
2023-
2024
2024-
2025
2025-
2026
Comprise ou annoncée :
Paiement d’impôts, de taxes et de droits de douane – Soutien à la liquidité 85 050 56 2 938 15 -3 -2 - -  
Report de paiement de l’impôt sur le revenu, de la taxe de vente et des droits de douane 85 000 - 2 958 - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Report d’impôt au titre des déclarations de revenus des particuliers 25 000               Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Report d’impôt au titre des déclarations de revenus des entreprises 30 000               Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Report des versements de la taxe de vente et des droits de douane 30 000               Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Appui pour les emplois et des activités sécuritaires dans le secteur des petites sociétés minières 50 56 -20 15 -3 -2 - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Programme de crédit aux entreprises et autres mesures de soutien au crédit et à la liquidité 83 400 - 6 355 4 689 1 951 555 -273 191  
Programme de crédit aux entreprises                  
Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) (excluant l’incitatif de 25 %)                  
Coût estimé dans le Portrait de 2020 41 250 - - - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Coût réestimé dans le présent Énoncé 27 893 - - - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Écart -13 357 - - - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Investissements supplémentaires depuis le Portrait de 2020 10 307 - - - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Programme de garantie des prêts pour les petites et moyennes entreprises   40 000 - - - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Programme pour le marché intermédiaire – Financement et garanties À déterminer3 - - - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Programme de crédit pour les secteurs durement touchés À déterminer3               Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Crédit d’urgence pour les grands employeurs À déterminer3 - - - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Soutien au secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire (Portrait de 2020) 5 200 - - - - - - - Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Total -                  
Report des taxes, du paiement des droits de douane et des frais 85 050 56 2 938 15 -3 -2 0 0 Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
PCE et autre soutien au crédit et à la liquidité 83 400 0 6 355 4 689 1 951 555 -273 191 Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Total - Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19 – Soutien fiscal et à la liquidité 168 400 56 9 273 4 704 1 948 553 -273 191  
Autre soutien à la liquidité et allègement du capital
Soutien au crédit et à la liquidité par l’entremise de la Banque du Canada, de la SCHL et de prêteurs commerciaux4 300 000 - - - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Allègement du capital (réserve pour stabilité intérieure du BSIF) 300 000 - - - - - - - Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Nota – Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
1 La valeur de l’incidence tient compte des dépenses en espèces projetées et du soutien à la liquidité en 2021-2022 (certaines mesures incluent également les dépenses projetées en 2019-2020 et en 2021-2022). L’incidence fiscale (budgétaire) sur la base de la comptabilité d’exercice est plus faible, en raison des différences entre la comptabilité d’exercice et la comptabilité de caisse, du fait que certaines de ces mesures se rapportent aux prêts, pour lesquels seules les provisions pour pertes potentielles auraient une incidence sur le solde, et les reports d’impôt, pour lesquels seuls les intérêts et les pénalités oubliés affecteraient le solde.
2 Le profil de financement a depuis été révisé à 2 M$ en 2020-2021, 27 M$ en 2021-2022, 19 M$ en 2022-2023, 24 M$ en 2023-2024, 18 M$ en 2024-2025 et 11 M$ en 2025-2026.
3 Selon le montant des prêts approuvés.
4 Les chiffres représentent les estimations inférieures en fonction du soutien au crédit et à la liquidité annoncé jusqu’ici. L’incidence sur la comptabilité d’exercice de ces activités entreprises par la Banque du Canada et la Société canadienne d’hypothèques et de logement pour fournir un soutien au crédit et à la liquidité se traduit par des recettes du gouvernement provenant des sociétés d’État d’entreprise.
Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19 – Total (chapitres 1 et 2)
M$ 
    Incidence budgétaire nette (comptabilité d’exercice)
Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19 – Total Valeur de l’incidence1 2019-
2020
2020-
2021
2021-
2022
2022-
2023
2023-
2024
2024-
2025
2025-
2026
Comprise ou annoncée :
Total –                  
Mesures stratégiques depuis le Portrait économique et budgétaire de 2020
403,334 8,063 227,882 5,371 1,538 565 -335 17 Mesure incluse dans le Portrait de juillet 2020
Incidence des coûts réestimés
-41,201 -870 -27,017 42 -14 -182 -58 39 Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Mesures stratégiques depuis le Portrait économique et budgétaire de 2020
79,196 56 56,663 23,901 1,353 355 216 165 Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Moins : Montants prévus dans le Portrait de 2020 pour les décisions anticipées
-3,994 - -4,785 -562 -301 -53 -56 -52 Mesure annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Nouveaux investissements dans l’Énoncé économique de l’automne de 2020 53,380 - 22,514 21,804 1,176 506 295 187 Nouvel investissement dans le présent Énoncé économique de l’automne
Total – Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19 490,716 7,249 275,227 50,566 3,751 1,189 62 356  
Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, s’il vous plaît contactez-nous.

Date de modification :